Actus

Daphné, ou la mélancolie surréaliste

En général, quand j’aime un chanteur / une chanteuse , c’est assez passionnel. Entendez-par là : j’écoute en boucle, encore, encore encore, sans me lasser. Ça peut durer des semaines. En ce moment, je suis amoureuse de la belle Daphné et de son album “Bleu Venise”, une balade dans un monde imaginaire teinté d’or et de bleu, peuplé de personnages fantasques et attachants : une femme désespérément amoureuse du soleil, un père Noël déchu, des chats persans en chocolat, un homme extraordinaire à la peau musicale, ou encore Dali qui a lui-même prêté ses moustaches pour orner cette composition surréaliste.

 

 

Chez Daphné comme chez Paul Eluard, la terre est bleue comme une orange. La jolie brune se promène avec beaucoup de grâce dans ce monde éphémère, où elle rit, pleure et aime avec l’innocence d’une petite fille. Espiègle, lorsqu’elle invente une histoire sans queue ni tête pour pouvoir finalement avouer “moi plus vouloir dormir seule”. En colère, quand elle décide de se venger du père Noël en assassinant froidement le vieux bonhomme. Et quand Daphné se fait femme, elle marche résolument vers le soleil, loin de la ville, vers les hommes. Quitte à vivre quelques désillusions.

Mercredi dernier, j’ai eu la chance d’assister au concert donné par Daphné au Trianon. Une date, pour un spectacle qui fut à la hauteur de mes attentes. Difficile de vous expliquer les frissons ressentis à l’écoute de la sublime chanson “Venise sous la neige”, qui a trouvé sur scène une ampleur insoupçonnée. Quelques notes toutes simples qui restent en tête, une histoire d’amour insaisissable et fragile comme la voix qui la porte. Daphné a réussi à recréer, le temps d’une soirée, l’atmosphère de son album. Si vous décidez de l’écouter (et vous ferez bien), ne manquez pas -outre les chansons déjà évoquées- les titres suivants : “Où va Lila Jane” ; “Oublier la ville” ; “l’Homme à la peau musicale“. Certains morceaux se laissent moins facilement apprivoiser, ils demandent un peu plus de temps pour être appréciés. En attendant, voici quelques jolies images qui vous donneront peut-être envie de prolonger la balade…

(non, la belle paire de fesses ci-dessous n’a rien à voir avec mon intérêt pour ce clip)

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=EVU2jH1wUns[/youtube] [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=iMLW0QgtGJE[/youtube]

 

Ecouter Bleu Venise sur Deezer

Voir les prochaines dates de concert


Mille mercis à Océane

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

5 Comments

  1. Vu comme tu en parles, je suis heureuse d’avoir (un peu) contribué à ce joli moment 🙂 J’ai enfin terminé mon billet sur le CD, j’ai mis le temps, je m’envolais à chaque écoute, au lieu de prendre des notes….

    1. Parispelemele says:

      tu y as beaucoup contribué, je suis ravie de l’avoir vue sur scène. Hâte de lire ton billet sur l’album…

  2. Je ne connaissais pas. Mais j’ai du mal avec ces voix sans téciture et monocorde. Il faudrait que je la voie en live. ça change souvent beaucoup de choses. L’accompagnement guitare du deuxième morceau est superbe. C’est elle qui joue ?

  3. Je l’ai entendu chez Alexandra Sublet. Vraisemblablement elle a été découverte par Biolay. A première écoute j’accroche pas. Il faut que je réécoute c’est sûr!

    1. Parispelemele says:

      c’est vrai qu’il faut un peu de temps pour vraiment apprécier, moi aussi à la première écoute j’étais loin d’avoir eu le coup de foudre. N’hésite pas à commencer par les chansons les plus “faciles” que je mentionne dans le billet.

Répondre à Parispelemele Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *