Expositions

Odilon Redon, le prince du rêve est au Grand Palais

Un tel nom semblait difficile à oublier, et pourtant qui connaît Odilon Redon ? Il paraît que sa vie bien conforme (conformiste ?) au modèle petit bourgeois de l’époque, éloignée des modèles tumultueux incarnés par d’autres peintres plus célèbres, l’a privé de postérité. Quoi qu’il en soit, le Grand Palais lui rend hommage avec une superbe exposition que je vous recommande vivement.

La première partie rassemble fusains et lithographies, les “Noirs” qui correspondent au début du parcours artistique de Redon. Cet univers est habité par des éléments qui évoquent un gigantesque rêve, étrange, loufoque, parfois angoissant, toujours complètement dépaysant. L’expresssion “à dormir debout” prend tout son sens lorsque l’on observe les scènes  imaginées par l’artiste. Les paysages sont inexistants ou sans dessus dessous, exemptés de tous les repères qui nous permettent en temps normal d’identifier le réel. Les créatures mêlent des caractéristiques humaines, animales et végétales, et sont pourvues d’expressions énigmatiques. Tenez, prenons par exemple l’araignée souriante, l’un des Noirs les plus célèbres de Redon. Son sourire est largement aussi mystérieux que celui de la Joconde, vous ne trouvez pas ?

La suite de l’exposition présente le passage progressif de Redon vers la couleur. Le contraste est saisissant ; les toiles de Redon attirent outrageusement le regard tant les couleurs sont vives, nombreuses, belles. Il excelle notamment dans les représentations de vitraux inondés de lumière. Il s’inspire et détourne des motifs bibliques et mythologiques, alterne paysages et portraits, transforme les objets en morceaux de rêve. De simples bouquets deviennent magiques, car ils mêlent fleurs inspirées du réel et fleurs imaginaires. Certains diront que ces tableaux manquent de piquant comparés aux lithographies, en tout cas moi, je suis tombée sous leur charme… étonnement apaisant.

Difficile d’apprécier les oeuvres colorées de Redon sans les voir en réel ; elles ne rendent rien en version papier ou sur le net. Je sais que c’est le cas pratiquement tout le temps, mais là, c’est frappant. C’est pour cela qu’il faut y aller !

La naissance de Vénus vue par Redon

Au fil du parcours, on apprend que si Odilon Redon est passé dans les oubliettes de l’histoire de l’art, il a fréquenté et apprécié les plus grands artistes de son temps. Quelques illustres personnages hantent son oeuvre : Edgar Poe, Goya, plus tard Gauguin… et dans nombre de ses Noirs, on ne peut s’empêcher de voir du Baudelaire. C’est qu’ Odilon Redon maniait aussi bien la plume que les pinceaux, et aimait accompagner ses lithographies de mystérieuses légendes. On dit qu’il aurait pu être un grand écrivain.

En sortant de l’exposition, j’ai flané dans la librairie du Grand Palais et en suis ressortie avec un exemplaire de  “Nouvelles histoires extraordinaires” d’Edgar Poe. Une agréable manière de prolonger l’atmosphère de l’exposition.

"La perversité", par Odilon Redon

 

 

Extrait du Chat Noir, dans Nouvelles histoires extraordinaires : “Et alors apparut, comme pour ma chute finale et irrévocable, l’esprit de PERVERSITÉ. De cet esprit la philosophie ne tient aucun compte. Cependant, aussi sûr que mon âme existe, je crois que la perversité est une des primitives impulsions du cœur humain, — une des indivisibles premières facultés ou sentiments qui donnent la direction au caractère de l’homme. Qui ne s’est pas surpris cent fois commettant une action sotte ou vile, par la seule raison qu’il savait devoir ne pas la commettre? N’avons-nous pas une perpétuelle inclination, malgré l’excellence de notre jugement, à violer ce qui est la Loi, simplement parce que nous comprenons que c’est la Loi ?”

 

 

 

 

Odilon Redon, prince du rêve
Du 23 mars au 20 juin 2010 au Grand Palais
Toutes les infos sur l’expostion sur le site de la rmn

A visiter également, le mini site dédié, bien fait et avec des présentations audio des oeuvres

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

2 Comments

  1. J’aime beaucoup ce peintre que j’ai découvert en lisant Huysmans (A Rebours). Je ne savais pas qu’il y avait une expo au Grand Palais.

    1. Parispelemele says:

      Huysmans revient effectivement à plusieurs reprises dans l’exposition !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *