Actus

Par un matin d’automne, de Robert Goddard

“Par un matin d’automne” de Robert Goddard est mon dernier gros coup de coeur lecture. L’histoire : à la fin des années 1990, Leonora de Galloway se rend au mémorial de la Grande Guerre de Thiepval, dans la Somme, avec sa fille Penelope. Elles vont rendre hommage à John Hallows, père de l’une et grand-père de l’autre, mort d’après la plaque à son nom le 30 avril 1916. Problème : Léonora est née un an plus tard… La vieille dame va alors expliquer à sa fille l’histoire de sa famille, un récit qu’elle a elle-même mis des années à comprendre.

Première partie : on est d’abord plongés dans les souvenirs d’enfance de Leonora, qui a grandi en Angleterre dans le manoir de Meongate avec un grand-père absent et une grand-mère de substitution, Olivia, qui la détestait. La jeune fille sait seulement que son père est mort à la Guerre et que sa mère a succombé peu après sa naissance, mais toute question à ce sujet lui est interdite. La jeune fille étouffe sous les secrets, et la haine qu’Olivia lui porte.

Deuxième partie : des années plus tard, alors que Leonora est mariée et mère de deux enfants et qu’elle a tiré un trait sur sa jeunesse malheureuse, un étrange personnage surgi du passé vient lui raconter l’histoire de ses parents. On remonte alors le temps de quelques années supplémentaires pour découvrir le manoir de Meongate au tout début du siècle, habité par la mère de Leonora. Amour, drame, mensonge, trahison se jouent sur un fond historique fascinant qui mêle l’horreur des tranchées et les fastes de la vie de château.

Troisième partie : Retour à la vie contemporaine de Leonora qui tente de réunir les dernières pièces du puzzle pour élucider tous les mystères de la vie de ses parents. Alors qu’elle mène l’enquête dans les années 70 et 80, les fantômes du passé ne sont jamais loin…

Ce roman se dévore en quelques heures, tant on est happé par le suspens impeccable distillé par l’auteur. J’ai trouvé le style efficace et la traduction particulièrement soignée. La fresque historique est grandiose, les secrets de famille envoûtants, les personnages superbes et complexes. La belle Olivia est flamboyante de méchanceté, et l’on se demande jusqu’au dénouement ce qui peut expliquer une telle haine. La mère de Léonora -qui s’appelle aussi Leonora- est une sorte d’ange évanescent, qui porte un secret bien trop lourd pour sa frêle personne.

Leonora (la mère) telle que je me l'imagine - tableau d'Edmond Arman-Jean
Et voilà qui pourrait être une parfaite Olivia ! -gravure de mode début du siècle-

Si vous aimez les polars et/ou les romans historiques, courez vous procurer ce bouquin ! Voici un récit qui pourrait faire un très bon film.. en attendant, je vais me pencher de plus près sur cet auteur plutôt méconnu en France en espérant découvrir d’autres bonnes surprises.

Et sinon, côté lecture, j’hésite à faire un billet sur les livres qui m’ont déçue (c’est quand même moins sympa) dont notamment Le jeu de l’ange de Carlos Ruiz Zafon ou la Délicatesse de David Foenkinos….

Bonne lecture !

Par un matin d’automne, de Robert Goddard
En format poche à la Fnac

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

7 Comments

  1. Tu m’as donné très envie! Surtout si une partie se déroule chez moi, dans la Somme! 😉

  2. Je ne connaissais pas cet auteur alors merci d’en parler!
    Pour ma part, j’avais aimé “la délicatesse”…
    Bonne soirée! ;o)

  3. […] toujours une bonne dose d’idées! » J’ai particulièrement aimé cet article là: un coup de coeur de […]

  4. Plusieurs fois je me suis arrêtée sur ce bouquin en librairie et à chaque fois j’ai hésité à l’acheter… avec ton avis, j’ai bien envie de me laisser tenter la prochaine fois ^^
    Rohh, pourquoi tu n’as pas aimé “la Délicatesse” ???

    1. Parispelemele says:

      désolée je réponds un peu tard… Je n’ai pas aimé la Délicatesse car j’ai trouvé le début très prometteur et la seconde partie très décevante, car frustrante. Et je n’ai pas aimé le côté pastiche d’Amélie Poulain, très à la mode, où chaque détail est raconté façon conte de fées des temps modernes. Pas accroché…

  5. sylvie K says:

    je vais lire ce livre
    merci pour tes balades

  6. Ah voilà j’ai trouvé ce que je cherchais, je me demandais si Leonora (la fille), et sa mère l’épouse de John Hallows avaient le même prénom et en effet elles ont le même prénom Leonora ! Merci ! Ce livre est superbe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *