Actus

Dead Girls, de Nancy Lee

Une fois n’est pas coutume, je n’attends pas trois mois pour vous parler d’un bouquin que je viens de finir… c’est que ce bouquin là m’a fait l’effet d’une petite bombe. Je l’ai déniché au fin fond de ma librairie, caché entre quelques ouvrages plus célèbres : Dead Girls, de Nancy Lee.

En 4e de couv, j’avais lu qu’il s’agissait de huit nouvelles sur huit femmes qui avaient toutes croisé le même sérial killer ; avec ce résumé plus l’image de couverture, je m’attendais vraiment à lire un polar. Et bien pas du tout : c’est une sombre plongée psychologique dans l’intimité de huit femmes dont le point commun est d’avoir été abîmées (ou plutôt bousillées) par la vie. Ce sont bien des Dead Girls, mortes à l’intérieur. Elles croisent effectivement toutes le même serial killer, mais il n’est qu’un prétexte, un fil rouge entre les différentes nouvelles.

Il y a cette femme amoureuse du mauvais garçon, qui tente de se satisfaire d’une relation frustrante avec un homme qui a le profil du genre idéal. Il y a cette mère abattue qui tente -encore- de protéger sa fille, en se demandant ce qu’elle a manqué pour que sa progéniture se mue en prostituée. Et cette ado, qui espère que son petit ami lui fera un cadeau pour la Saint-Valentin, alors que lui s’apprête à la vendre à l’un de ses copains.

Sous la plume de Nancy Lee, le désespoir est étonnamment coloré, le style est aussi foisonnant que les situations tragiques. Grâce à ce style vif et précis, elle nous fait ressentir chaque expérience, nous oblige à activer tous nos sens pour vivre chaque détail, du plus cru au plus raffiné. C’est cette tension entre le rythme trépidant de l’écriture et l’atmosphère pesante de l’ensemble qui fait la richesse de ce livre. La justesse des mots, l’ironie des personnages, la densité de chaque histoire… Ce livre m’a fait littéralement fait vibrer, et le plus étrange est que j’ai trouvé énormément de vie dans ces situations désespérées.

Dead Girls a été publié en 2003, et depuis Nancy Lee prépare son premier roman. J’ai hâte, très hâte de voir ce que cela va donner…

Photographie de Fico

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

2 Comments

  1. Pas trop glauque ?

    1. Parispelemele says:

      non, car l’écriture est vraiment très élégante, malgré les situations parfois sordides

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *