Expositions

La Comédie Française s’expose au Petit Palais

Quand le Petit Palais accueille la Comédie Française, ça donne une exposition magnifique, une extraordinaire plongée dans le plus prestigieux théâtre de France. On a l’impression de pénétrer en catimini dans les coulisses du théâtre, aux côtés des comédiens qui ont marqué l’histoire de l’institution depuis sa création en 1680. Un régal pour tous les amateurs de théâtre, une belle découverte pour les autres. On y va ?

Le parcours est scindé en 5 actes, comme autant de thèmes pour découvrir l’histoire de la Comédie Française : l’historique du lieu, son répertoire, sa troupe ou encore ses plus célèbre figures. La scénographie est impeccable, elle met en valeur les objets sans les étouffer et parvient à recréer une atmosphère mystérieuse, presque magique.

Molière est omniprésent : on peut voir plusieurs de ses portraits notamment la célèbre représentation dans le rôle de César, que l’on trouve dans tous les livres d’Histoire (et qui sert d’affiche à l’exposition).  L’objet le plus impressionnant est une chaise datant de 1673, dans lequel il interpréta son dernier rôle – Argan dans le Malade Imaginaire. Difficile de rester de marbre devant cette relique !

© Angelini / Collections Comédie-Française

Parmi les grands auteurs qui ont nourri le répertoire de la Comédie Française, on croise aussi Voltaire, Corneille, Crébillon, Marivaux. Mais c’est la rencontre avec les acteurs qui m’a le plus marquée…

En me promenant à travers la galerie de tableaux représentant les comédiens du XVIIIe à nos jours, j’ai été impressionnée par leur présence palpable à travers les oeuvres (non non, je n’avais rien consommé d’illicite avant, je vous assure qu’il y a des fantômes dans cette expo !). Il faut dire que pendant très longtemps, il était d’usage de représenter les comédiens dans des costumes de scène, dans des poses très expressives et dans leurs rôles les plus valorisants. A l”époque, on ne passait pas de la comédie à la tragédie, on se perfectionnait dans un genre et on s’y cantonnait ; il fallait bien choisir… et la comédie a mis du temps avant d’acquérir ses lettres de noblesse. Merci Molière.

A travers ces portraits de comédiens, on voit ainsi défiler une flamboyante galerie de personnages, en vrac : Célimène (le Misanthrope), Phèdre, Hernani, Ruy Blas, Harpagon (alias l’Avare). Derrière les costumes, les comédiens s’evaporent. Ils n’ont pas les mêmes droits que les autres hommes. Je me souvenais d’un poème de Voltaire, écrit à la mort d’Adrienne Lecouvreur, une actrice qu’il admirait et qui n’avait pas eu le droit -du fait de son statut de comédienne- à des funérailles décentes.

“Ils privent de la sépulture
Celle qui dans la Grèce aurait eu des autels.
Quand elle était au monde, ils soupiraient pour elle;
Je les ai vus soumis, autour d’elle empressés:
Sitôt qu’elle n’est plus, elle est donc criminelle!
Elle a charmé le monde, et vous l’en punissez!”

Ce n’est que bien plus tard que les comédiens acquièrent un statut civil, et qu’ils peuvent se faire représenter en tenue de ville. Plus tard aussi qu’on commence à les admirer jusqu’à l’adulation. Dans la première partie du XIXe siècle, Rachel, une belle brune à la moue boudeuse, devient l’une des toutes premières vedettes du pays. Là encore, les oeuvres qui la représentaient me semblait habitées ! Son visage est saisissant. Quelle frustration de ne pas pouvoir le voir en mouvement.

Rachel fut un modèle pour Sarah Bernhardt, elle aussi très représentée dans l’exposition. On voit même des bijoux ayant respectivement appartenu à ces deux femmes : des créations superbes, aussi flamboyantes que durent l’être leurs propriétaires.

Rachel
Sarah Bernhardt

Pour finir, on admire les portraits des comédiens de la troupe actuelle qui posent chacun avec un accessoire choisi parmi la collection de la Comédie Française. Autre preuve que l’institution souhaite plus que jamais faire vivre ses trésors du passé.

Bref, je suis sortie émerveille de cette visite effectuée entre midi et deux (chouette, très chouette pause dej !). Seul regret : on voit assez peu de costumes (mis à part une tenue en velours rouge de Figaro absolument superbe !). En fait, je me suis rendue compte qu’ une autre exposition était entièrement dédiée à ce thème : seul problème, elle est au centre national du costume de scène qui se trouve à Moulins, dans l’Allier… une bonne raison pour organiser un petit week-end auvergnat ?

La Comédie Française s’expose au Petit Palais

Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
Avenue Winston Churchill / 75008 Paris
01 53 43 40 00

Du mardi au dimanche de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 20h

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

4 Comments

  1. Une expo qui a l’air très intéressante. Bonne journée.

  2. J’ai hâte d’y aller!

  3. Merci pour la visite, cela donne envie!

  4. Je faisais justement des recherches à ce sujet car j’ai participé à cette exposition à l’époque, un bon moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *