Article
9 comments

Revue de ciné : The Artist, Un Monstre à Paris

monstre paris

The Artist

To speak or not to speak

Jean Dujardin restera toujours à mes yeux celui qui ne rabat jamais la lunette des toilettes et qui laisse ses poils de fesses dans la baignoire. Oui, je sais, commencer comme ça la critique du film glamour du moment, c’est limite. Mais c’est juste pour rappeler ce qui rend Jean Dujardin tellement attachant : on a beau le voir au summum de l’élégance dans un film en noir et blanc, on n’oublie pas qu’il a été le symbole d’une génération d’hommes du quotidien. Et ça, ça me plaît. Bref, il assure dans The Artist et pour ma part, j’ai été séduite par ce très joli film qui nous replonge dans une esthétique oubliée. C’est l’histoire de la chute d’une star du cinéma muet, George Valentin, au moment  de l’arrivée du cinéma parlant qui propulse au firmament des stars la jeune Peppy Miller. Pas un mot donc, mais une musique qui nous emporte et des silences qui retrouvent toute leur intensité. On parle beaucoup de Jean Dujardin qui est sans conteste très bon dans son rôle, mais j’ai trouvé Bérénice Béjo tout aussi excellente. Son jeu est pétillant : lorsqu’elle envoie son baiser après avoir sifflé son destinataire, lorsqu’elle danse, ou qu’elle mime l’étreinte d’un homme en enfilant son bras dans une veste vide… je l’ai vraiment trouvée magnifique. Un film qui m’a enchantée, et que je vous conseille vivement.

Un monstre à Paris

La belle et la bête

« Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi, on s’aime comme ça, la Seine et moi » C’est le petit air que j’ai eu en tête après avoir vu ce beau film d’animation. Le décor est magnifique : le Paris des années 1910, année historique qui marque la plus importante crue de la Seine. Dans la ville inondée, Un Monstre à Paris c’est l’histoire d’un monstre, ou plutôt d’une puce, qui après un accident de laboratoire se retrouve dotée d’une taille phénoménale et d’une voix enchanteresse. Cette voix magique, c’est celle de M, qui trouve un superbe écho en celle de Vanessa Paradis alias Lucile, chanteuse de cabaret angélique. Les scènes où ils chantent ensemble sont magnifiques, tout y est : les superbes images, les voix, le texte. Malheureusement ces moments sont un peu trop rares dans ce film d’animation que l’on sent avant tout pensé pour les enfants : il fallait laisser de la place pour l’histoire d’amour, le très grand méchant, les habituelles péripéties avant le dénouement heureux. On aurait aimé encore plus de musique et un peu moins de narration… ne chipotons pas trop tout de même, c’est un très bon film. Je vous laisse avec le duo de l’année…   http://www.dailymotion.com/video/xjn9k5

Rendez-vous sur Hellocoton !

Posted by

Moi c'est Fanny, l'auteur de Paris-Pêle-Mêle. J'aime Paris, les pâtisseries, les bougies parfumées, les bains brûlants et passer des heures sur mon blog (surtout quand j'ai d'autres choses à faire).

9 Comments

  1. J’ai vu un monstre à Paris la semaine dernière, que j’ai beaucoup aimé!! tout à fait d’accord sur le super accord des deux voix, duo qui a déjà marché à plusieurs reprises!!je le conseille à tout le monde, à n’importe quel âge!!!

    Reply

  2. j’ai été convaincue par the artist et un monstre à paris… Il reste à découvrir Polisse que tu donnes très envie de découvrir (d’ailleurs j’avais beaucoup aimé le bal des actrices alors…)

    Reply

    • alors tu vas adorer polisse, même si c’est un tout autre style c’est dans la meme veine que la bal des actrices

      Reply

  3. J’aimerais beaucoup voir les deux premiers films dont tu parles mais ça ne va pas être possible tout de suite malheureusement… merci pour tes critiques en tout cas, elles donnent envie! ;o)

    Reply

    • merci à toi pour ta visite, j’espère que tu auras vite l’occasion d’aller au ciné

      Reply

  4. J’ai vu Polisse hier soir et en suis encore bouleversée ! Je suis tout à fait d’accord avec ton analyse Fanny, surtout quand tu dis « cette sensation d’authenticité qui accompagne chaque réplique »… Un film qui sonne juste, je le recommande vivement !

    Reply

  5. Maïwenn est formidable dans tout ce qu’elle touche je suis entièrement d’accord, mais pour l’instant son champs d’action gravite beaucoup autour de l’enfance et la violence essentiellement. Je n’ai pas encore vu son film et j’espère pouvoir le faire très bientôt.
    Ta réflexion sur Jean Dujardin est à mourir de rire…je n’avais jamais pensé à cela. Je me suis bien amusée à la lecture en tout cas. Quant à un Monstre à Paris j’ai bien aimé mais sans plus. Pour ce qui est de la chanson, je l’ai encore et toujours dans la tête vu que ma fille est en boucle en ce moment.

    Reply

Leave a Reply

Required fields are marked *.