Actus

Revue de ciné : Time Out, Contagion, Shame…

D’habitude, j’aime bien faire des petites revues de ciné avec trois films, mais là je suis tellement à la bourre que je vais faire un petit méli-mélo rapide…d’autant plus que certains films commencent à dater maintenant. Je vais donc procéder par ordre chronologique…

J’ai vu L’Exercice de l’Etat, un film sur les méandres du pouvoir. Olivier Gourmet interprète un ministre des transports obligé de mener une réforme qu’il désapprouve, avec l’appui de son directeur de cabinet joué par Michel Blanc. Le film retrace avec un réalisme saisissant la dureté des relations de pouvoir dans les plus hautes sphères de l’Etat.

Dès le début du récit, on se sent oppressé(e) : il est 2 heures du matin, un homme se prépare pour se rendre sur les lieux d’un accident ; sa journée n’en finit pas, on touche du doigt sa fatigue alors qu’il enchaîne les réunions, les interviews, les coups de fil incessants. Le sujet central (cette fameuse réforme des transports) est un prétexte pour tisser une multitude de petites histoires qui racontent l’enfer d’un quotidien sous haute surveillance. Et ici, l’enfer, c’est vraiment les autres : les relations entre les uns et les autres, et les ambitions personnelles écrasent l’intérêt général. Même si rien n’est caricatural, il n’y a pas les bons et les méchants, juste des individus battant des ailes pour survivre dans un monde impitoyable. De quoi passer durablement une éventuelle soif de pouvoir politique… pour ma part en tout cas.

Je suis restée perplexe après avoir vu “Toutes nos Envies“, l’adaptation du livre  “D’autres vies que la mienne” d’Emmanuel Carrère. Une histoire dramatique, celle d’une jeune juge mère de famille (Marie Gillain) qui apprend qu’elle est atteinte d’un cancer incurable. Durant les quelques semaines qu’il lui reste, elle met toute son énergie dans la lutte contre le surendettement, avec l’aide d’un autre juge au coeur tendre (Vincent Lindon).

Pourquoi je n’ai pas accroché ? J’ai trouvé que ce qui aurait pu être une ode à la vie et à l’espérance était une lente plongée monotone vers la mort, ponctuée de dialogues souvent caricaturaux et bien creux. Et pourtant, j’adore Marie Gillain et j’étais ravie à l’idée de la retrouver à l’écran. Mais là, elle ne m’a pas émue, je n’ai pas cru en son histoire d’amitié avec Vincent Lindon. Je me suis ennuyée, et je suis ressortie avec le cafard alors qu’on me promettait une furieuse envie de vivre. Dommage.

J’ai voulu me divertir avec Contagion, mais le film m’a plus rendue hypocondriaque qu’autre chose… forcément, l’histoire d’un virus tueur qui se propage au gré des poignées de mains et éternuements dans le métro, ça semble crédible. A part ça, l’histoire est bien creuse, les personnages trop furtifs pour qu’on s’y intéresse, même la géniale Kate Winslet semble être passée en touriste. Quant à Marion Cotillard, dans le genre rôle qui ne sert à rien, elle a trouvé ici le jackpot ! Jude Law est cantonné à un rôle de blogueur activiste un peu borderline, avec une fausse dent cassé pour tuer un peu le côté mannequin. Quel gâchis. Moi qui m’attendait à une enquête policière (je suis un peu naïve des fois), je me suis retrouvée devant un remake du Jour d’Après ; or, les films catastrophe, c’est pas trop mon truc…

Petite surprise côté divertissement : Time Out. Là, je n’attendais rien d’autre qu’un énorme navet à l’américaine. Je ne pouvais qu’être agréablement surprise. Entre science-fiction et histoire d’amour impossible, le récit se passe dans un monde imaginaire où le temps s’est transformé en argent, au sens propre. On paye son café 3 minute et son loyer 3 jours ; la durée de vie de chaque individu est tatouée sur son bras, avec une sorte de lumière verte en constante évolution. Les pauvres doivent vivre à l’heure près ; les riches ont quelques décennies devant eux. Petit bonus : tous s’arrêtent de vieillir à 25 ans, mais s’ils épuisent tout leur temps… ils meurent.

Vous n’avez rien compris ? Je vais donc sortir des arguments plus efficaces : Justin Timberlake dévoile un sex-appeal très… intéressant, et Amanda Seyfried est canon en brune. Ils forment un couple glamour à souhait (surtout dans les scènes de course-poursuite, où la belle court avec élégance avec… des talons de 12 centimètres). L’histoire est prenante, on ne s’ennuie pas, rien de transcendant mais ça se tient. Que demander de plus à un film conçu pour divertir ?

Enfin, la semaine dernière, j’ai vu Shame : le drame d’un homme victime de son obsession sexuelle. Le réalisateur semble déterminé à nous montrer que cette addiction n’est pas un vulgaire caprice mais une source de souffrance infinie. Du coup, il n’hésite pas à multiplier les effets : le héros louche sur une femme dans le métro, avec en musique de fond une longue plainte de violons languissants ; il enchaîne les partie de jambes en l’air avec une lassitude déconcertante.

On en serait presque triste pour lui, presque, parce que l’ennui prend le dessus. Il y a bien cette relation ambiguë entre le héros et sa soeur dépressive, mais on n’apprend rien de plus sur cette relation que les bribes d’indices que l’on veut bien nous donner. Visiblement les deux ont un passif assez lourd, mais lequel ? Non, au lieu de s’y intéresser, on doit supporter les plans à rallonge qui n’apportent rien au récit, qui ne nous permettent pas de comprendre l’histoire d’un anti-héros qui n’a rien de sympathique. Etrange parti-pris. Une belle déception.

J’ai encore pas mal de films à voir, la suite au prochain épisode…

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

6 Comments

  1. L’exercice de l’Etat m’a aussi fait l’effet positif comme avec toi. Et Contagion ne m’emballe pas, les films de virus tueurs et tout çà ne m’ont jamais vraiment intéressée.

    1. je pensais qu’il y avait une histoire un peut étoffée derrière contagion, mais non

  2. Je te trouve bien dure avec Shame et Toutes nos envies qui sont pour moi de très belles découvertes …

    1. ah bon ? je suis d’autant plus dure que j’avais un bon feeling sur ces deux films

  3. Et bien, je me félicite d’avoir loupé le coche pour ces films! J’attendais ma carte pass et puis les choses aidant, j’ai zappé de me rendre dans les salles obscures ces derniers temps.
    En tout cas, merci pour ce compte-rendu détaillé!

    1. je t’en prie ! pas mal de films à voir pour rattraper le retard alors…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *