Actus, Balades à Paris

Flateurville ou le village imaginaire, avec Paris face cachée

Paris face cachée, c’est l’évènement de ce début d’année. Le 4 et 5 février, des dizaines de visites seront organisées dans différents lieux de la capitale, autour de trois thèmes : “pénétrer l’interdit”, “expérimenter l’inédit”, “rencontrer l’inconnu”. Le petit souci, c’est que les places sont limitées et qu’il ne fallait dont pas manquer le premier jour d’inscription, le 10 janvier. Aujourd’hui, en allant sur le site, j’ai l’impression que tout est complet 🙁

J’ai eu la chance de tester en avant-première l’une des activités proposées dans le cadre de l’évènement : la visite du hangar de Marcel. Autant vous dire qu’avec une telle accroche et le descriptif mystérieux qui l’accompagnait, il n’était pas facile de deviner de quoi il s’agissait. Le rendez-vous était donné du côté de Bonne Nouvelle, et bonne nouvelle (pardonnez-moi, il est tard) : c’était près de mon boulot. A ce stade du récit je suis obligée de faire une digression pour vous dire que sur la route, je suis tombée sur JUDE LAW qui était de passage au Grand Rex pour une avant-première. Oh joie. J’aurais bien joué les groupies à côté de la horde de nanas qui faisait le pied de grue devant le tapis rouge, mais je vous rappelle que j’avais rendez-vous avec Marcel.

Bref, nous voilà donc quelques-uns à patienter dans une ruelle, devant le numéro indiqué (chouette, je tombe sur Karin). Un rideau de fer s’ouvre, et nous voilà propulsés dans ce qui ressemble à l’entrée d’un squat, ou d’un hangar désaffecté. Le shérif (alias une autre Karine) nous accueille dans ce lieu un peu étrange, on s’assoit sur de gros fauteuils pour écouter une drôle d’histoire : nous allons bientôt entrer dans le village de Flateurville, où vit Marcel, un ancien délinquant qui s’est reconverti dans la création artistique grâce à Susan, son ex petite amie. On nous explique que Flateurville n’est pas un paisible village, mais un lieu de débauche qui concentre tous les vices (plus Gotham City que Disneyland, quoi), notamment parce que les habitants se droguent à la fleur bleue.

Puis vient le moment d’entre dans ce village : on commence par traverser une sombre forêt, puis on visite différentes pièces : le hangar dans lequel Marcel a commencé à peindre pour la première fois, la chambre de sa fille Lorette, l’atelier, la chambre des ancêtres… Aux murs, des dizaines et des dizaines de toiles, et un symbole en guise de signature : le rond carré, pour l’équilibre entre la droiture, l’esprit cartésien (le carré) et le grain de folie créatrice (le rond). ça, c’est la version courte.

A gauche, la maison de Susan

Derrière ce monde fictif, il y a Laurent Godard. C’est l’artiste qui a crée ce village et ses habitants, un récit dense qu’il consigne au fil des années sous forme d’un scénario qu’il affiche aux murs. On n’aime ou pas l’ambiance étrange qui règne dans cet espace de 600 m2, mais on est forcément admiratif de l’ampleur du projet. J’ai été impressionnée par ce travail narratif, entre roman fleuve et utopie moderne. Je me plaisais à imaginer l’histoire de chaque objet mis en scène dans ce décor fascinant, tout en ressentant une certaine angoisse face aux dizaines de visages accrochés au mur… Laurent Godard utilise la technique du dripping, ce qui veut dire que lorsqu’il peint, le pinceau ne touche pas la toile. Le but est de retrouver une spontanéité presque enfantine. Certes, en plus flippant tout de même (quoi que certains dessins d’enfants sont effrayants).

Ce lieu, vous l’aimerez ou le détesterez, mais il ne vous laissera pas indifférent. Peut-être que vous tomberez sous le charme et demanderez votre carte d’identité de Flateurvillois… c’est-à-dire un véritable habitant du village. Pour découvrir ce lieu, suivez son actu sur le blog ou envoyez un petit mot et prenez rendez-vous ; le jeudi soir, il y a souvent des évènements, mais il faut se renseigner avant. Ne tardez-pas, il se pourrait bien que Flateurville se reconstruise hors de la capitale d’ici peu de temps.

D’ici là, voici une visite virtuelle concoctée par la ville de Paris et commentée par Laurent Godard.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xmi78v_flateurville-entre-reve-et-realite_creation[/dailymotion]

 

Flateurville – Paris 10e
24 cours des petites écuries
75010 Paris

http://www.flateurville.com

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

3 Comments

  1. Je réalise seulement que nous avons fait cette visite ensemble ! Je regrette de n’avoir pas fait le lien!

    1. effectivement, ce sera pour la prochaine fois alors

  2. […] de l’histoire de Marcel, vous la découvrirez si vous vous rendez à Flateurville (ou en lisant le billet de Fanny qui était également présente) car j’avoue qu’à ce stade de la visite, j’avais pas mal […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *