Théâtre et spectacles

Calamity Jane au théâtre de Paris

Voici un univers que l’on a peu l’habitude de voir au théâtre : celui du western et de ses personnages mythiques. Clémentine Célarié se glisse dans la peau de Calamity Jane pour nous raconter sa vie, de sa rencontre avec le fougueux Wild Bill Hickok (Yvan le Bolloc’h) jusqu’à son triomphe dans le spectacle orchestré par Buffalo Bill (Yvan le Bolloc’h toujours, méconnaissable). Si le parcours de cette féministe avant l’heure est inspirée de faits réels, ne nous y trompons pas : on est loin de la biographie conventionnelle.

Le récit est porté par une succession de décors très fouillés : désert, saloon, soleils couchants, tous les repères du western sont bien là. Chaque tableau correspond à un épisode de la vie de Calamity Jane : on assiste à la rencontre puis au mariage avec Bill Hickok, à la naissance et à l’abandon de sa filles, aux confrontations avec les hommes qui se mettent sur son chemin…

Un parcours trépidant en apparence mais que j’ai trouvé très (trop) calme. L’intrigue met du temps à se mettre en place, les péripéties sont prévisibles, et les dialogues sont un peu plats et manquent de pep’s. On a envie de secouer tout ça pour passer plus vite à chaque scène suivante. A plusieurs reprises, un superbe cheval blanc monte sur scène : c’est Satan, le fidèle compagnon de Calamity Jane. Il n’apporte pas grand chose au récit, mais il participe à l’effet grand spectacle. Mouai.

Le problème avec ce genre de spectacle bien huilé, malgré le talent incontestable des comédiens, c’est qu’il manque un peu de spontanéité : j’avais parfois l’impression d’être devant mon écran de TV. Peut-être n’étais-je pas vraiment dans la cible, puisque nombre de spectateurs ont semblé bien s’amuser face à des jeux de mots qui manquaient – à mon goût- de subtilité. J’ai tout de même apprécié la prestation de Clémentine Célarié, une vraie actrice populaire que je trouve vraiment attachante.

Calamity Jane au théâtre de Paris
Toutes les infos sur le site de la pièce


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

7 Comments

  1. En voyant l’affiche dans le métro, je me suis demandée qui pouvait bien aller voir ça au théâtre… Ben, j’ai ma réponse !
    Franchement Fanny, déjà Calamity Jane en version théâtre, c’était franchement audacieux, mais avec Clémentine Célarié et Yvan Le Bolloc’h en rôles principaux, c’est carrément suicidaire ! Berk, ça ne me fait pas envie…

    1. il faut croire que j’aime l’aventure !!! tu me diras je n’en ai pas été récompensée…

  2. Justement, je me posais des questions sur cette pièce après avoir vu l’affiche un peu partout.
    Dommage que le rythme ne suive pas les comédiens… (pour avoir vu Célarié sur scène, j’affirme qu’elle assure!!)

    1. elle assure mais là ça tourne vraiment trop en rond

  3. Jessica Onzlagur says:

    Je ne suis pas du tout d’accord! J’a trouvé, tout au contraire, la mise en scène très rythmée, les décors superbes, l’histoire extrêmement bien menée de bout en bout, les dialogues aussi émouvants que marrants, dans une sorte de douche écossaise où on passe du rire aux moment émouvants sans crier gare, je ne me suis pas ennuyée une seconde et vu ce qu’on propose au théâtre à Paris en ce moment, entre prise de tête et grasses comédies, je ne sais vraiment pas ce qu’il vous faut. Moi, avec Rose où joue l’excellente Judith Magre, cette Calamity c’est vraiment ce que j’ai vu de mieux cette saison!

    Jessica

    1. merci pour cet avis ; en ce qui me concerne je n’ai pas accroché, comme je le disais j’ai trouvé l’ensemble un peu plat, et c’est dommage car l’histoire pouvait donner lieu à quelque chose de très original.

  4. […] d’être devant sa télé (un peu ce qui m’est arrivé récemment avec Calamity Jane). Avec ce spectacle, j’ai été servie : le sujet est original, le comédien joue […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *