Livres et DVD

Casablanca, passion & mélancolie

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai des dizaines et des dizaines de classiques en retard. Vous savez, ce genre de films sacrés dont personne n’osera vous dire “non, je ne l’ai pas vu” (et pourtant… !). J’ai donc décidé, à coup d’achat de DVD en promo à la Fnac, de vous parler de ces films au fur et à mesure de mes (re)découvertes, et j’implore l’indulgence des cinéphiles pour mes commentaires de spectatrice non avertie.

Je commence avec Casablanca, de Michael Curtis, sorti en 1942. Humphrey Bogart, Ingrid Bergman, une histoire d’amour contrariée dans la ville qui est à l’époque sous le contrôle de Vichy. Le triangle amoureux au coeur du film est composé de Rick, patron cynique d’un club américain à Casablanca ; Ilsa, l’ancien amour de Rick ; et Victor, mari d’Ilsa et figure de proue de la résistance tchèque.

Ilsa et Victor sont venus à Casablanca pour récupérer des “lettres de transit” qui doivent leur permettre de se réfugier en Amérique. La belle ne s’attendait pas à tomber sur Rick, l’homme avec lequel elle a eu une aventure lorsqu’elle pensait que son mari était mort, puis qu’elle a quitté quand elle a appris que Victor avait en réalité échappé au camp de concentration. La voici donc partagée entre deux hommes de bien… et lorsqu’elle choisit finalement de rester à Casablanca avec Rick, celui-ci doit lui-même choisir entre son amour pour elle et son sens du devoir (on n’enlève pas une femme mariée à un héros…). Vous avez dit compliqué ?

D’abord, j’ai fait une grossière erreur en regardant le film en version française. Il faudrait que j’apprenne à mieux maîtriser le lecteur dvd. Certaines scènes très romantiques devenaient carrément ridicules avec la voix française cucul à souhait d’Ingrid Bergman. Ou alors est-ce Ingrid Bergman elle-même qui serait un peu gnan-gnan ? Je ne me permettrai pas… Toujours est il que j’ai beaucoup plus accroché avec le ténébreux Humphrey Bogart, archétype parfait de l’anti-héros qui a du inspirer des générations d’acteurs. “Bogey”, c’est une gueule, un charisme dingue qui donne tout son piquant au film. Bon, il y a aussi un scénario bien ficelé, des seconds rôles un peu fouillés et des décors atypiques, mais je retiens surtout de Casablanca le regard plein de classe de cette grande figure hollywoodienne.

Le film a été sacré comme l’un des meilleurs de tous les temps, il a obtenu trois Oscars et a permis à ses acteurs d’être élevés au rang de mythes. C’est vrai qu’il mêle habilement de nombreux thèmes : politique, morale, amour, nostalgie, trahison, culpabilité, jalousie, romantisme. Les scènes plutôt sombres qui se déroulent dans le bar de Rick contrastent avec la douce insouciance des flash backs qui relatent l’idylle parisienne entre les protagonistes. Cette mélancolie qui teinte l’histoire d’amour entre Rick et Ilsa est portée par une chanson, ‘As Time goes by”, quelques notes un peu tristes qui restent en tête.

Un classique à voir, résolument, mais en VO surtout !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=AY62QByUYJQ[/youtube]

PS : en fait ce n’est pas exactement le premier billet de la catégorie grands classiques, il y aussi “All about Eve” que j’avais publié il y a pile un an… on peut dire que je prends mon temps. Je vous promets de moins traîner pour le numéro 3.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

5 Comments

  1. J’adooore Casablanca (en vo) ! En grands classiques, je peux te conseiller Un meurtre presque parfait et Diamants sur canapé pour ne citer qu’eux.

    Il y a aussi Sept ans de réflexion à voir, même si son succès est d’autant plus dû à la scène avec Monroe qui avait rendu les newyorkais hystériques que pour le film en lui-même qui est une grande victime de la censure américaine de l’époque qui lui fit perdre beaucoup de saveur 🙁
    Bon, je m’arrête là, hein .. !

    1. en ce qui concerne marilyn, là je suis incollable… c’est marrant, sept ans de réflexion est peut-être le film que j’aime le moins. Parce que je l’ai vu trop jeune, sans doute, je suis restée sur un mauvais a priori. Diamants sur canapé est dans ma réserve de dvd depuis plus d’une an, il faut que je me décide à le visionner ! et je n’ai vu que le remake d’un meurtre presque parfait, faudrait effectivement voir l’original.

  2. Tu devrais en faire plus des billets comme ça, j’aime ce film, je l’adule, et toute cette période aussi en fait, du vrai beau cinéma pour moi 🙂 Très chouette de le lire ici !

    1. merci à toi ! ravie que ça te plaise, je vais essayer de tenir le rythme alors, j’ai un paquet de films des années 40/50 en stock

  3. Un très très bon article. J’ai beau n’avoir que 21 ans, ce film est dans mon top 10. Je pense que c’est un des meilleurs films de Bogart après ses interprétations de Marlowe et Sam Spade. J’ai vu que tu avais “Diamants sur canapé” dans ta pile de DVD. Dépêche-toi de le voir bon en même temps je ne suis pas totalement objective car c’est mon film préféré (je crois bien que j’ai écrit un article dessus sur mon blog). Dis-moi, regardes-tu des comédies musicales des années 60 ? Je trouve qu’il y en a des vraiment super sympas comme My Fair Lady, Cabaret ou encore Chantons sous la pluie. Un film que je te conseille et qui pourrait te plaire c’est Victor/Victoria de Blake Edwards avec Julie Andrews. A chaque fois que je le vois, ce film me donne la pêche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *