Théâtre et spectacles

Le Bourgeois Gentilhomme au théâtre de la Porte Saint-Martin

C’est la pièce qui cartonne en ce moment à Paris : le Bourgeois Gentilhomme, avec François Morel dans le rôle titre. Probablement l’une des oeuvres les plus connues de Molière, souvent étudiée au collège. C’était loin d’être ma pièce favorite avant de l’avoir vue sur scène, mais la mise en scène éblouissante de Catherine Hiegel m’a fait changer d’avis.

C’est donc l’histoire de la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf, de Monsieur Jourdain qui voudrait se hisser au même rang que les “gens de qualité”. Une histoire assez cruelle en réalité : car si Jourdain devient haineux à force de bêtise, il n’en est pas moins le dindon d’une farce grotesque. Sa naïveté le rend moins détestable que nombre de personnages de Molière ; on est loin par exemple du cupide Harpagon… Pas entièrement mauvais, mais pas complètement victime non plus, Jourdain est un visage de l’ignorance qui mène aux chemins les plus dangereux. Et inutile de dire que comme toute l’oeuvre de Molière, le propos est d’une intemporalité implacable.

Comme je vous le disais, j’ai trouvé la mise en scène époustouflante : à la fois classique et très ingénieuse, enlevée et rythmée. On reste bien dans l’univers de Molière, mais il y a beaucoup de petites touches un peu décalées qui apportent de la légèreté à l’ensemble. Le comique de gestes est très présent, toutes les interactions sont impeccables et le jeu des comédiens ne paraît pas manquer de spontanéité (ce que je reproche souvent aux pièces trop bien rodées). J’ai particulièrement apprécié les seconds rôles, dont j’avais manqué le potentiel comique à la lecture (lointaine) de la pièce. Dorimène, par exemple, la fameuse marquise courtisée par Monsieur Jourdain, est extra : la comédienne Héloïse Wagner s’amuse à composer une potiche blonde caricaturale à mourir de rire ; d’ailleurs j’étais pliée en quatre à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche… rien que pour son interprétation, ça vaut la peine d’y aller !

La salle bien remplie et les rappels enthousiastes ne trompent pas : on en redemande. Le plus sympa dans tous ça, c’est d’entendre les enfants (nombreux, normal en période de vacances scolaires) enchaîner les fous rires et ne pas voir passer les trois heures de spectacle. Et dire qu’en trois siècles et demi, cet humour-là n’a pas pris une ride… qui peut en dire autant ?

Le Bourgeois gentilhomme
Théâtre de la Porte Saint-Martin
Jusqu’au 27 mai

Places à partir de 16 euros

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

4 Comments

  1. J’ai voulu profiter mardi de la visite de mes parents pour y aller mais il n’y avait déjà plus que de la catégorie 4 sur des bancs !
    Les avis ont l’air unanimes en tout cas !

    1. oui, c’est le succès de la saison ! et j’ai l’impression que c’est quasi complet tous les soirs

  2. Je l’ai vu et j’ai passé un super moment aussi. Et effectivement Héloïse Wagner est géniale : fou rire garanti !

    1. c’est pour moi la découverte de la soirée, je l’ai trouvée géniale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *