Actus

Revue de ciné : A l’aveugle, Possessions, et Nos plus belles vacances

Sur ma To Do List (oui, j’ai une To Do List de trucs sympas à faire), il y a pas mal de films qui attendent sagement d’être vus : Extrêmement fort et incroyablement près, Martha Marcy May Marlene, La Dame de Fer… mais au lieu de ça, je préfère aller voir les derniers films français. Parce que oui, vous le savez peut-être si vous me lisez des temps en temps, j’adore le cinéma français. Un pêché mignon qui me conduit de temps en temps à de mauvaises surprises. C’est le jeu ma Pov Lucette. On ne peut pas gagner à tous les coups.

A mon récent palmarès, deux thrillers français plutôt réussis. D’abord, “A l’Aveugle“, un film que je suis allée voir plutôt confiante en voyant les deux acteurs à l’affiche : Jacques Gamblin et Lambert Wilson. Et effectivement, malgré un scénario sans surprise et un petit air de téléfilm à la sauce TF1, le résultat n’était pas trop mauvais. L’histoire : un flic au lourd passé et à tendance borderline (Gamblin) se met à la poursuite d’un tueur psychopathe qui a la particularité d’être aveugle (Wilson).

Le duo fonctionne à merveille et offre des scènes savoureuses ; les dialogues sont bien construits et donnent du pep’s au récit un peu plat. On pardonne même les sempiternels clichés du flic à la dérive face à un Gamblin qui ne ménage pas ses efforts pour rendre son personnage crédible. Lambert Wilson n’est pas mal non plus en tueur au sang froid. Bref, c’est un bon divertissement, mais ne pas s’attendre à plus !

Dans un genre tout aussi angoissant mais plus psychologique, “Possessions” est un drame social qui donne froid dans le dos – surtout lorsque l’on sait que l’histoire est inspirée d’un fait divers. Un couple venant du nord de la France (Jérémie Rénier et Julie Depardieu) s’apprête à emménager dans chalet à la montagne ; mais sur place, le couple de propriétaires (Alexandra Lamy et Lucien Jean-Baptiste) leur apprend que les travaux ne sont pas terminés et qu’ils logeront dans un autre chalet en attendant. Plus l’attente se prolonge, plus le couple s’impatiente et envie les propriétaires, jusqu’à leur vouer une haine tenace qui les mènera à l’irréparable.

Dans le rôle du mari envieux, Jérémie Renier est méconnaissable et très loin de son image de mignon petit blond. Il faut dire qu’avec 20 kilos de plus principalement localisés dans le bidon, son sex-appeal en prend un coup. Julie Depardieu est aussi très convaincante, on est très vite angoissés par ce couple que l’on sent capable du pire. Le réalisateur n’a pourtant pas voulu s’en tenir à la thèse machiavélique et manichéenne ; il montre comment l’écart social entre les deux couples est à la base du drame. Une sorte de lutte des classes à échelle réduite, teintée de racisme et de cruauté.

Et j’ai gardé la pépite pour la fin : un film tout simplement mauvais, un piège pour nostalgiques qui, comme moi, ne résistent pas devant une affiche carte postale qui laisse espérer un erzats de vacances et de dolce vita. “Nos plus belles vacances“, premier film de Philippe Lellouche, est donc une belle arnaque.

On nous promet un émouvant voyage dans la campagne bretonne des années 1970, aux côtés d’un petit garçon, des ses gentils parents en pleine crise de couple, et d’une poignée d’amis prêts à passer les vacances de leur vie. Youhouh !

C’est plus creux que creux, avec des dialogues aussi plats que les mini rebondissements sensés nous maintenir éveillés. Les clichés pullulent dans les phrases prononcées par la voix-off de Gilles Lellouche, portés par des musiques gnan gnan aussi agaçantes que le jeu forcé des acteurs. Julie Gayet n’est pas au mieux de sa forme, et Gérard Darmon joue les touristes. Quant aux autres… je pense que je vais m’arrêter là pour ne pas devenir trop méchante. Pour voir un bon film de vacances dans les années 1970, regardez-donc le Skylab.

Voilà pour la dernière récolte ciné. J’ai aussi vu Albert Nobbs, pas mal du tout malgré une fin un peu alambiquée : la prestation de Glenn Close est époustouflante.

Prochain film… Cloclo ? Pas sûr. La suite au prochain épisode.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

6 Comments

  1. e ce que tu cites, je n’ai vu que Nos Plus Belles Vacances ; et je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi!
    Certes, il y a de grosses maladresses (excuse premier film?), ceci étant, si on part du fait que c’est un mini-parigo (12 ans?) des early 70’s qui raconte, ça passe bien.
    Evidemment, on est face à un papa-super-héros, mais beaucoup de gosses voient leur père ainsi, non? Et puis franchement, sans se mentir, les non-parisiens étaient VRAIMENT aussi exotiques à l’époque, surtout pour des gosses!
    Moi, ce film m’a touché par sa sincérité, son innocence et même ses maladresses ( et pourtant on m’en a dit du mal avant que je ne le vois!)

    1. C’ est marrant, parce que je n’ai vraiment pas accroché alors que d’habitude je suis vraiment bon public pour ce genre de film. Tant mieux si tu as aimé, j’espere pour lui que d’autres auront également été touchés !

  2. Je note surtout Possessions qui me tente bien. ( encore plus avec ton avis!)
    Je conseille aussi un film flamand très très bon ” Hasta la vista” 😉

    1. C’ est noté, merci du conseil

  3. Les non-parisiens étaient vraiment aussi “exotiques”? Merci pour les provinciaux. Merci pour nous! De qui se moque t on? J’ai grandi à la campagne en Bretagne, dans un village rural et je me suis sentie très humiliée et méprisée par l’image que l’on donne des provinciaux dans ce film. On se croirait vraiment dans un film colonial ou les parisiens forcément supérieurs en tout viendraient apporter la bonne parole à des ploucs sales et parlant mal le français.

  4. […] trouver de l’inspiration, je vous propose ma dernière critique ciné, ou mon billet sur les Infidèles que j’ai trouvé très réussi. Pour ma part, je […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *