Théâtre et spectacles

La Vie Parisienne au Théâtre de Paris

Après plus de 300 représentations au théâtre Antoine et une nomination aux Molières en 2010, La Vie Parisienne d’Offenbach mise en scène par Alain Sachs prend place au Théâtre de Paris pour une série de représentations exceptionnelles, jusqu’à la fin du mois de juin. Curieuse de voir ce spectacle que je ne connaissais que de nom, je me suis rendue au Théâtre de Paris début juin pour assister à l’une de ces représentations.

La Vie Parisienne est un opéra-bouffe en quatre actes créé par Jacques Offenbach en 1866. C’est l’histoire d’un couple de Suédois (le baron et et la baronne) qui vient en visite à Paris ; le fringant Raoul de Gardefeu décide de jouer leur guide, avec l’idée de séduire la baronne… autour d’eux gravite une galerie de personnages qui se croisent, se chamaillent et se séduisent aux détours d’une vie parisienne des plus animées.

Il y a (entre autres) Metella, la courtisane qui fait tourner toutes les têtes ; Gabrielle, la jolie gantière poursuivie par les assauts du bottier ; Pauline, une femme de chambre amenée à jouer les femmes du monde.

Drôle de spectacle qu’un opéra-bouffe, pour nous autres contemporains. Il faut dire qu’on est peu habitués à voir coexister textes décalés et envolées lyriques, nous sommes plus habitués au genre très solennel de l’opéra classique. Ou, à un genre opposé, aux comédies musicales modernes.

Près d’un siècle et demi après la création de son opéra-bouffe, Offenbach bouleverse nos repères, et c’est tant mieux : La Vie Parisienne est un tourbillon baroque unique en son genre, un hymne à la folie de la fête version XIXème siècle.

La mise en scène d’Alain Sachs, déroutante au début, se révèle très astucieuse : il joue la carte de la mise en abyme pour s’épargner la reconstitution complète des décors d’époque. Le rideau s’ouvre ainsi sur une troupe de comédiens qui semblent un peu perdus avant une répétition. Cette répétition, c’est en fait le spectacle qui va se jouer devant nous : une version de La Vie Parisienne avec des costumes à peu près finis, des décors un peu brouillons installés en temps réel, et un joyeux désordre qui donne une impression de spontanéité et de fraîcheur.

Malgré le fouillis apparent les artistes sont de vrais professionnels, qui réalisent la prouesse de chanter, danser (se contorsionner parfois !), jouer d’un instrument de musique et jouer la comédie. Difficile de faire plus polyvalent !

Les airs sont entraînants, les paroles parfois très drôles. Après un couplet très sage, le baron entame son refrain : “je veux m’en fourrer jusque là”. Ah, ok ! Mention spéciale pour le personnage du bottier, sorte de mélange entre Bourvil et Caliméro.

Les robes froufoutent, les habits craquent, les marquises rient, cette vie parisienne là vaut définitivement le détour. On en oublierait presque les sièges du théâtre de Paris qui ont tendance à laisser les fesses en compote… ouille !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=cU56x07dpY0[/youtube]

La Vie Parisienne
Au Théâtre de Paris jusqu’au 30 juin
Réservation des places ici

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

6 Comments

  1. Cà donne vraiment envie de voir !

    1. vas-y, c’est vraiment sympa

  2. Arf, je n’aurais pas le temps ni le budget pour y aller mais je le regrette bien… J’avais vu jouer cette opérette il y a plusieurs années à Dijon et j’avais pris énormément de plaisir!

    Les oeuvres d’Offenbach sont vraiment géniales!

    1. je vois que j’ai affaire à une connaisseuse 🙂

  3. Bonjour, vu et beaucoup, beaucoup apprécié. Les interprètes ont un talent fou. Bonne après-midi.

  4. […] oui voilà la vie parisienne ! » (chansonnette très entêtante entendue lors de la représentation de la vie parisienne au théâtre de Paris, il y a deux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *