One man (woman) show

La vie en Nadia Roz

On dit des personnes charismatiques qu’elles ont “une gueule” ; Nadia Roz, elle, a “une bouille” ; une adorable bouille qui vous fait tout de suite décrocher un petit sourire. Voir de grands éclats de rire, quand elle est en action. Nadia Roz présente en ce moment son one woman show au théâtre du Temple, et c’est MON coup de coeur du mois.

D’abord, il faut que je vous explique le contexte : une bonne vraie journée merdique, le moral dans les chaussettes et le besoin vital de se changer les idées. J’étais dans les conditions parfaites pour apprécier le spectacle.

Nous voici donc dans une petite salle du Temple, face à une nana tout de rose vêtue, les paillettes chargées de fard à paupières pailleté. Et puis tout commence avec une histoire de conte de fées… ou presque. Nadia rêve de faire carrière dans le showbiz (faut dire, Marion Cotillard  et elle ont un peu des chemins parallèles : elles ne se croisent jamais). En attendant le rôle de sa vie (un court-métrage sur la vie de Larusso), elle a décroché un job chez “Middle” : animatrice pour faire rêver les petits enfants. Pas de chance, le “vrai pseudonyme” de Roz cache une rose diabolique, bien piquante, comme on les aime.

Après ce début de spectacle un chouïa timide, elle passe aux choses sérieuses et se joue des clichés avec une imitation de deux personnages hilarants : sa cousine en quête d’un boulot au Pôle Emploi, et sa tata en coach minceur pour femmes au foyer et dont le mot d’ordre est si tu spires pas tu touffes ! Nadia nous raconte ensuite comment dans la vie, elle se fait des films et transforme son cerveau en multiplexe avec une salle pour chaque histoire inventée. Elle a même réussi à caser mon homme dans la case “film d’amour”… j’ai même pas pu râler, paraît que j’étais pas dans le scénario.

Pendant un peu plus d’une heure, j’ai ri sans interruption. Je parlais d’une “bouille” car Nadia est très expressive, douée pour jouer les caméléons et enchaîner les mimiques à l’effet comique imparable. Pour autant, elle ne fait pas l’impasse sur le texte qui est toujours très percutant, et jamais vulgaire. Entre deux bonne blagues, elle parvient même à faire passer quelques messages sur des sujets loin d’être comiques (comme la violence conjugale). Ce que j’ai adoré dans le style de Nadia Roz, c’est le parfait équilibre entre ses récits plein de finesse et son talent pour l’improvisation. Elle joue avec son public sans s’éparpiller, et on se régale.

Mode d’emploi pour apprécier au mieux Nadia Roz : choisissez une soirée bien pourrie, revêtez votre plus belle tenue rose et courrez au théâtre du Temple. Nadia officie aussi au connasse comedy club, dont le prochain “goûter de connasses” est prévu le 1er décembre au Grand Point Virgule.

Nadia Roz au théâtre du Temple

Du mercredi au samedi 20H15
Le dimanche à 18h30

Le site web de Nadia / son facebook

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

6 Comments

  1. Ca a l’air super, je note au cas où elle passe un jour par Toulouse! ;o)

    1. oui j’espère que tu auras l’occasion de la voir

  2. J’avais déjà vu Nadia Roz de nom et de “bouille” mais je ne l’ai encore pas vue sur scène. Ton article me dit qu’elle sera la prochaine que j’irai voir !

    1. n’hésite pas elle est super

  3. […] vu passer ici quelques chroniques sur des artistes vus sur scène : Chris Deslandes, Dedo, Nadia Roz, Julie Victor, Thomas VDB… et je suis loin d’avoir fait le tour, chaque soir à Paris […]

  4. Elle a l’air trop bien cette Nadia….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *