Restaurants, food

La conserverie : repère branché, mais surtout bentos à tomber

Youpi : après un déménagement au poil et quelques jours sans internet, me voici de nouveau connectée. Le temps de monter quelques meubles Ikea (ou plutôt d’être reconnaissante aux bonnes âmes qui s’y sont collées), et je vais pouvoir reprendre le cours normal de ce blog.

J’attaque avec une adresse gourmande qui est un peu mon obsession du moment. Connaissez-vous la Conserverie ? Ce spot branchouille parisien est à deux pas de mon boulot, et j’ai travaillé avec eux à plusieurs reprises dans le cadre -justement- de mon travail. J’ai vu l’évolution de ce bar qui a tatonné avant de trouver son rythme de croisière : d’abord uniquement bar, puis restaurant de conserves de luxe, c’est aujourd’hui une adresse inclassable qui propose des ambiances différentes à toute heure de la journée.

On peut y déjeuner, y prendre un thé, boire l’apéro et grignoter le soir. Ça l’air de cartonner pour eux, c’est souvent plein, et je dois avouer que malgré des débuts difficile (je trouvais l’accueil un peu froid) je suis moi même devenue accroc.

La déco de la Conserverie est à la croisée d’un grand manoir XIXe et d’un pub anglais, avec un soupçon d’atmosphère de maison hantée…. Brrr ! Gothiques et romantiques de tous bords, installez-vous dans l’un des fauteuils douillets qui vous tendent les bras. Difficile de ne pas succomber à cette déco qui sent bon l’objet chiné et le bon goût à la sauce vintage anglaise.

Le midi, c’est une chef japonaise qui est aux commandes, Maori Murota. La carte change tous les jours. En entrée, il y a souvent une petite soupe (3 euros) au chou ou au cèleri par exemple ; en plat, deux sortes de bentos, souvent à base de poulet, porc ou saumon (12 euros) ; en dessert, un petit gâteau aux agrumes, aux pommes ou à la banane pour ceux que j’ai testés (3 euros).

Les bentos sont excellents, et addictifs. Les viandes sont préparées à la perfection, je crois qu’elles sont marinées… toujours ultra fondantes, gourmandes, un goût et une texture à tomber par terre. Je crois que je n’ai jamais mangé meilleur poulet.

Le saumon n’est pas en reste, il fond en bouche. En accompagnement, du riz et des petits légumes croquants réhaussés par une sauce délicieuse. Bref, vous l’aurez compris, j’adore et j’en redemande, sur place et à emporter.

J’ai testé plusieurs fois l’entrée, la soupe est très bonne. Le dessert n’est pas mal mais plus classique que les bentos. Et surtout, ces entrées et desserts sont minuscules ! ça vaudrait le coup d’augmenter un peu les portions, d’autant plus que les bentos sont plus ou moins copieux selon les jours…

Un autre petit bémol, c’est le service inégal. Parfois on est très bien reçus, parfois l’accueil est vraiment très froid. Dommage, mais il n’est pas trop tard pour redresser la barre ! Car sinon le reste est parfait, c’est un très bon plan parisien.

La conserverie
37 bis rue du Sentier (métro Bonne Nouvelle)

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

11 Comments

  1. Ouh le métro Bonne nouvelle , j’y suis souvent. Une bonne raison de noter l’adresse pour démarrer par l’apéro dans les fauteuils avant de déjeuner ou dîner ! Attention à l’accueil, pour moi c’est aussi IMPORTANT que le reste !

    1. c’est vrai pour l’accueil, mais tous les restaurateurs ne l’ont pas encore compris

  2. Sympa comme adresse, je ne connaissais pas mais je retiens!

    1. n’hésite pas à y aller pour tester

  3. Une autre adresse à noter 😉

    1. 🙂

  4. Question bête mais pourquoi ne servent ils pas tous les plats dans un bento ?

    1. non ce n’est pas une question bête ! je pense que c’est pour permettre à chacun de choisir en fonction de ses envies (entrée ou dessert) et c’est tout benef pour le restau

  5. Ah cool, bonne adresse que je dois tester aussi 🙂
    Et j’ai noté NeoBento sur le bvd des Filles du Calvaire dans le 3ème aussi.
    Bento + thé = 12 euros héhé 🙂
    Bonne semaine à toi !

    1. hum tu m’intrigues… je note l’adresse, j’irai tester ça

  6. […] Et puis un jour, My Little Paris a parlé de l’adresse, et la file d’attente s’est un chouïa allongée pendant quelques semaines. On continuait quand même d’y aller… jusqu’au moment où les portions sont devenues de plus en en plus riquiqui. Avant, on avait droit à deux morceaux de poisson, mais ça, c’était avant. La dernière fois que j’y suis allée, je me suis retrouvée avec un maigre morceau de saumon (c’est la dernière photo). Ajoutez à cela que les plats sont toujours trop secs, qu’il faut quémander de la sauce soja à chaque passage, notre nouvelle adresse fétiche est passée à la trappe. Dommage, Tsubame. Aucune comparaison possible avec mon ancien QG de bentos, la Conserverie. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *