Théâtre et spectacles

La véritable histoire de Maria Callas au théâtre Dejazet

La véritable histoire de Maria Callas” est depuis fin janvier à l’affiche du théâtre Dejazet, dans le quartier République. Quelques mots d’abord sur ce théâtre. Il est situé boulevard du Temple, le “boulevard du crime” où allait s’encanailler la bonne société du XIXe siècle. Il fait partie de ces lieux qui ont une âme parisienne, c’est un endroit à taille humaine qui raconte une histoire avant même que le rideau ne soit levé. Il porte les apparats des théâtres d’antan : dorures et velours rouges à foison, des fresques au plafond, et beaucoup de décorations en  trompe-l’oeil que l’on peut s’amuser à démasquer.

La programmation est toujours très variée et parfois inattendue, le lieu ne manque pas d’audace. Quelque temps après la pièce consacrée à Frida Kahlo, c’est une nouvelle femme qui est mise à l’honneur avec ce spectacle dédié à Maria Callas. On y découvre l’histoire tortueuse de cette femme hors du commun, de sa jeunesse brimée par une mère oppressive à sa grande histoire d’amour avec Aristote Onassis.

“Cette pièce nous montre comment, par l’accharnement d’une mère dépressive, par l’amour d’un briquetier passionné d’opéra, qui deviendra son Pygmalion, et par la mégalomanie du plus riche armateur de la planète, qu’elle aimera au dela du possible, cette femme, qui désirait tant être aimée pour elle même verra son espoir s’évanouir pour laisser place à une diva glamour, adulée des foules, dont les sautes d’humeur et les passions amoureuses s’étaleront sur le papier glaçé des magazines à gros tirage.” (extrait de la note d’intention du metteur en scène)

Le biopic est à la mode, il suffit de jeter un oeil sur la programmation ciné du moment. Au théâtre, ce type de sujet semble encore plus compliqué à exécuter. Avec peu de temps et peu de moyens il faut poser le décor, et donner au spectateur les repères suffisants qui lui permettront de s’attacher au personnage.

Dans ce spectacle, chaque scène présente un moment-clé de la vie de Maria Callas : la vie avec sa mère pendant sa jeunesse, le début de la gloire et la rencontre avec son premier mari, l’échappée belle avec son amant… jusqu’à la chute. Malgré ce parcours qui ne manque pas de rebondissements, j’ai trouvé que ça manquait un tout petit peu de rythme et que les textes étaient parfois répétitifs et un peu convenus.

Les acteurs étaient bon, je ne peux pas dire le contraire, pourtant ils n’ont pas réussi à m’émouvoir. Deux femmes interprètent tour à tour Maria Callas : la jeune femme timide et complexée se transforme dans la seconde partie de la pièce en bel oiseau blessé. Lorsque la deuxième est sur scène, la première reste à ses côtés tel un fantôme de sa jeunesse disparue.

Je dois dire que j’ai été plus convaincue par la seconde comédienne, Sophie Carrier, flamboyante, qui habitait la scène. La première était un peu trop fade à mon goût, mais peut-être que ça allait bien ainsi avec le personnage.

En fait je suis un peu restée sur ma faim, et je ne sais pas vraiment pourquoi. C’est compliqué de comprendre une femme que l’on connaît mal, et le temps de poser le décor et de nous présenter les personnages, le temps semblait déjà écoulé. Peut-être que la meilleure solution aurait été de nous raconter un passage précis de la vie de Maria Callas, au lieu de retracer sa vie par bribes ?

Malgré tout cette pièce a le mérite de nous faire découvrir le parcours exceptionnel de Maria Callas, ça vaut donc le coup d’y aller pour se faire sa propre opinion.

La véritable histoire de Maria Callas – Site de la pièce –
Tous les soirs à 20h30, dimanche à 15h et relâche les lundi, au théâtre Dejazet
 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

8 Comments

  1. Justement j’y vais la semaine prochaine 😉 C’est Lola Dewaere qui ne t’a pas convaincue ?

    1. exact, je n’ai vraiment pas accroché avec cette comédienne, ses répliques ne sonnaient pas juste…

  2. Merci pour cet avis, j’y vais moi aussi très prochainement, j’aurais ainsi l’occasion de me faire ma propre idée 😉 bonne journée!

    1. chouette, tu nous raconteras alors je suis curieuse d’avoir d’autres avis

  3. Fanny, je ne comprends vraiment pas pourquoi tu n’as pas parlé de ces charmants interludes où une danseuse grotesque venait esquisser 3 pas de danse pour changer le décor ? A mourir de rire…

    1. ah ah ah c’était pour être sûre que tu suivais et que tu laisserais un commentaire !!!

  4. Nous avons donc toutes grosso modo le même avis ! 🙂

    1. oui j’ai l’impression !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *