Expositions

L’Art Nouveau à la Pinacothèque

Vous n’avez pas pu manquer les affiches dans le métro : la double exposition Art Nouveau / Art Déco à la Pinacothèque. Cela fait un moment que je voulais y aller, et puis l’autre jour devant ma Tv, je suis tombée sur un numéro de Secret d’Histoire consacré à Sarah Bernhardt. La comédienne est une figure de proue de l’Art Nouveau, et les belles images de l’émission m’ont donné une furieuse envie de voir l’expo… ce qui fut chose faite quelques jours plus tard.

art nouveau

La Pinacothèque est constituée de deux espaces, et chacun d’entre eux est dédiée à une expo. Les deux expos sont toujours complémentaires. J’ai donc commencé par “L’Art Nouveau” dans le premier espace.

L’exposition raconte l’histoire de l’Art Nouveau, conçu comme “art de la liberté” en opposition au classicisme encore en vigueur à la fin du XIXe siècle. Le plus bel héritage de l’Art Nouveau, c’est probablement nos stations de métro parisiennes, signées Hector Guimard.

Contre les perspectives implacables et les angles rigoureux, l’Art Nouveau fait de la courbe un symbole de liberté. Ses artistes revendiquent un art total, un art pour tous qui ne renie pas les objets du quotidien : meubles, lampes, verrerie. Très vite, les objets de l’Art Nouveau sont partout… et ses détracteurs se moquent de ce qu’il appellent “le style nouille”.

01-Hector_Guimard_Vase 02-Freres-Daum 03-Rene-Lalique 05-Frederic-Boucheron 06-Daum-Freres 10-Louis-Majorelle

L’expo présente les objets de L’Art Nouveau à travers différents thèmes. Tous sont expliqués très en détails, un peu trop peut-être : à un moment j’ai eu l’impression de passer plus de temps à lire les cartels qu’à regarder les objets.

Parmi les thèmes marquants, les liens entre l’Art Nouveau et la nature. On trouve dans la plupart des œuvres la reprise de motifs végétaux, et parfois même de drôles de créatures mi-femme / mi-papillon / mi-libellule, avec des bras ou des jambes en forme de feuille… de gentils monstres un peu étonnants.

17-Emile-Galle

Et- puis qui dit courbe dit -forcément- sensualité, la femme est au coeur de l’Art Nouveau. Une femme sensuelle, mystérieuse, les cheveux au vent.

On peut voir une vidéo fascinante, celle de Loïe Fuller, une des muses du mouvement, dansant la Danse Serpentine. Des images qui ont plus d’un siècle et qui montrent la danseuse effectuant de curieux mouvements d’ondulation avec des draps colorés. Voici ci-dessous un aperçu de la fameuse danse.

08-E-Grasset_Eventail09-E-Grasset_Salon-des-Cent14-Hector-LemaireLoie_Fuller_Folies_Bergere_0213-Bernard-Hoetger

L’exposition a tout d’une rétrospective classique, bien pour en savoir plus sur l’Art Nouveau. Par contre elle est assez courte, je serais restée sur ma faim s’il n’y avait pas une deuxième expo à découvrir… je vous en parle demain !

L’Art Nouveau à la Pinacothèque
Jusqu’au 8 septembre 2013

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

4 Comments

  1. Merci pour le compte-rendu, ça me donne une idée 😉
    Cependant, je n’irai pas… d’autant que j’ai été très déçue par la toute petite expo que j’ai visitée à la Pinacothèque. Le lieu est rikiki 😉

    1. C’est vrai que c’est tout petit, il faut vraiment y aller pour les deux expos sinon bonjour la frustration

  2. Elle m’a déçue, cette expo. D’habitude, la force de la Pinacothèque, c’est de présenter beaucoup d’oeuvres rares. Ça compense le petit espace. Là, c’était vraiment l’Art Nouveau pour les débutants. Pour la découverte.
    Je n’aime pas aller à une expo et avoir presque l’impression que ma collection personnelle est mieux…
    J’aime encore moins payer si cher pour si peu. 🙂

  3. […] jusqu’aux intérieurs Parisiens (l’expo m’a d’ailleurs rappelé celle sur l’Art Nouveau à la Pinacothèque, de l’année dernière). Les couleurs et les mouvements du début de ce nouveau siècle ont […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *