Expositions

Tamara de Lempicka à la Pinacothèque

Hier, je vous présentais l’exposition sur l’Art Nouveau à la Pinacothèque de Paris et comme je vous le disais, une deuxième expo était à l’affiche : Tamara de Lempicka, figure emblématique de l’Art Déco. Si les deux expos sont complémentaires, elles sont aussi très différentes : la première est une rétrospective assez classique sur un mouvement d’art, tandis que la deuxième propose d’explorer un autre mouvement (celui de l’Art Déco) par le biais d’un personnage. Je dois dire que j’ai préféré ce deuxième format : plus incisif, plus original et plus riche aussi.

Dans les années 1910, alors que l’Art Nouveau s’essouffle, l’Art Déco prend le relais : adieu les courbes, bonjours aux formes géométriques. La représentation de la figure féminine évolue, les jeunes femmes aux cheveux longs et aux poses langoureuses des affiches d’Art Nouveau laisse place à une femme garçonne plus ambiguë.

08-L-echarpe-bleue

Tamara de Lempicka est l’icône de cette nouvelle femme à la sexualité décomplexée (mariée deux fois, elle a eu de nombreuses histoires avec des femmes). Elle incarne aussi une certaine forme de pouvoir, celui d’une femme peintre qui ne cache pas ses ambitions et voit sa carrière en très grand, et au-delà des frontières. Elle me fait vraiment penser au célèbre “je ne suis pas jolie, je suis pire”.

L’exposition présente le travail de l’artiste, mais aussi son histoire et son mode de vie. Ses toiles sont à voir “en vrai”, car les photos peinent à retranscrire les jeux de lumières et de volumes qui caractérisent sa peinture. Et si tous les tableaux ne sont pas égaux, on ne peut rester insensibles devant ses sublimes nus à la peau “lisse comme de la céramique” et à la sensualité aguicheuse. Profondément érotique. 

10-La-belle-Rafaela (1) 03-La-tunique-rose 02-Nu-aux-buildings

12-Portrait-de-Arlette-Boucard 11-Les-deux-fillettes-aux-rubans 07-Portrait-de-Bibi-Zoegbe 05-La-bohemienne 01-Arlette-Boucard-aux-arums

Et voici la plus belle oeuvre de l’exposition, “Sa tristesse”, un tableau représentant l’une de ses maîtresse. A voir, car c’est un portrait réellement troublant.

09-Portrait-de-Mme-P-ou-Sa-tristesse

Tamara de Lempicka, la Reine de l’Art Déco à la Pinacothèque
Jusqu’au 8 septembre

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

3 Comments

  1. Je ne suis pas une très grande fan de ces oeuvres, je passe mon tour !

    1. C’est vrai que l’ensemble est parfois un peu too much, et certaines toiles donnent un peu le tournis (mais pas dans le bon sens du terme !). Mais sans être fan, je pense qu’on ne peut rester insensibles aux très beaux nus… Difficile de se rendre compte avec des photos, mais ils sont vraiment incroyables !

  2. Ce ne sont pas des tableaux que je mettrais chez moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *