Bonnes adresses, Restaurants, food

Route de la Soie, voyage nippon pour les papilles

Amateurs de gastronomie japonaise, ce billet est pour vous. A Paris, pour goûter les délices nippons, il y a les cantines japonaises du quartier Saint-Anne ou quelques rares adresses qui redonnent du goût à la pause sushi de tous les jours, comme Kokoya. Il y a aussi des restaurants gastronomiques qui peuvent vous faire tomber en pamoison devant un poisson cru : le Route de la Soie en fait partie. J’ai été invitée à découvrir cette adresse il y a quinze jours, et mes papilles en gardent un doux souvenir.

Le restaurant a ouvert il y a moins d’un an dans le seizième à deux pas du Trocadéro. Autant vous le dire tout de suite, l’adresse est planquée, on ne risque pas de tomber dessus par hasard. C’est le chef Jacques Loc Tran, initiateur du premier sushi bar de la capitale dans les années 80, qui est aux commandes. Il travaille avec des produits d’exception, dont certain, introuvables en Europe, viennent tout droit du Japon.

C’est donc pour un voyage gastronomique de haute volée que j’ai embarqué avec une amie en ce soir de septembre. Ambiance tamisée et décoration tout en sobriété, avec quelques jolies fleurs ici et là, on se sent bien dans ce cadre qui a été élaboré avec un maître feng shui. Nous voici installées pour découvrir le menu signature “Route de la Soie”, qui présente tous les best-of du chef en 5 ou 7 actes, au choix.

roue-de-la-soie-14

Après quelques délicieux pois en guise d’apéro, on attaque les choses sérieuses avec un tartare de thon légèrement pimenté. C’est frais et très bon, même si mon palais a toujours des difficultés à apprécier les plats relevés.

roue-de-la-soie-1

roue-de-la-soie-2

Vient ensuite un carpaccio de yellow tail sauce yuzu, piment vert. Premier coup de coeur, le goût du petit agrume acide/amer se marie délicieusement avec ce poisson japonais au goût très fin.

roue-de-la-soie-3

Un second carpaccio succède au premier, avec des poissons plus classiques : du saumon et du thon. Toute la saveur du plat est dans son assaisonnement, parfait.

roue-de-la-soie-5

Voici maintenant l’apothéose du voyage, le blackcod mariné sauce miso, l’un des plats les plus réputés de Jacques Loc Tran. Difficile de vous décrire la finesse de ce cabillaud qui fond littéralement en bouche, vous laissant la petite note sucrée de la sauce sur le bout de la langue. Une texture pareille, on s’en lèche les babines.

Le fameux black cod
Le fameux black cod

Poursuite du repas avec les incontournables sushis/makis, ceux-là sont délicieux avec le saumon légèrement cuit qui couvrent les californian makis.

roue-de-la-soie-8

Last but not least, le dessert est composé de fruits frais, d’une glace au haricot rouge et de l’autre au lychee. Vraiment délicieux, mais il faudra que je revienne pour tester leurs desserts au matcha car c’est la saveur que je préfère dans les desserts japonais.

roue-de-la-soie-9

Nous avons toutes les deux adoré ce repas à l’équilibre parfait aussi bien pour les quantités que pour les saveurs. On a goûté beaucoup de choses, et on a passé une très soirée particulièrement conviviale (merci au cadre feng shui ET aux verres de Pouilly fumé).

Le restaurant propose plusieurs menus, dont celui du midi à moins de vingt euros. Si vous travaillez dans le coin, foncez ; sinon réservez une table le soir, vous ne le regretterez pas. Si vous arrivez avant 20h30, une formule est proposée à 26 euros. Le menu Route de la soie que je vous ai présenté coûte lui 58 euros. Et si vous préférez commander à la carte, alors réservez avec la Fourchette, vous aurez 20% de réduction.

Route de la Soie
20 Rue Scheffer, 75116 Paris
01 45 05 58 35

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *