Balades à Paris, Livres et DVD

Paris en mots et en images des années 50

Il y a quelques mois, lors d’un dimanche tout gris comme Paris sait parfois en faire, j’ai trouvé un petit trésor tout en couleurs dans un vide-grenier du 20ème. C’est un livre un peu abîmé, avec une couverture aux couleurs passées, et daté de 1952. « Paris tel qu’on l’aime », édité dans une collection apparemment connue à l’époque, les guides Odé. À l’intérieur, l’histoire de Paris est contée à travers ses quartiers par de grandes plumes de l’époque, le tout appuyé par des illustrations.

Le texte sent bon comme le vieux papier qui sort du grenier. Le style est marqué par un lyrisme désuet absolument charmant. Il y a les débats sur l’existentialisme de Sartre qui marque l’image de Saint-Germain, ou encore le descriptif détaillé des mille et unes odeurs des étals des Halles. C’est l’occasion de saisir l’esprit d’un Paris déjà évaporé.

paris-livre-vintage

J’avais envie de partager avec vous quelques extraits de ce livre, à commencer par l’introduction signée Jean Cocteau : « Paris, à cause de sa beauté accidentelle, à cause de sa vieillerie qui se consolide, à cause d’un enchevêtrement d’immeubles et de masures, offre un véritable grenier d’enfance aux découvertes » Jean Cocteau.

L’Opéra

« Quant à l’étranger qui voudra mieux connaître ce quartier, je ne saurai trop lui conseille d’abandonner un jour son panurgique autocar, de fuir ces cinémas babyloniens (…) pour se livrer au plaisir de la flânerie. Nul lieu n’est plus propice à cet art suprême de vivre à la parisienne. Devenir badaud, c’est le seul moyen que l’on a de se sentir vraiment devenir parisien. Notre homme apprendra ainsi à sentir les subtilités de chaque rue, rien qu’à faire du lèche-carreau (les Anglais disent du window shopping) devant les vitrines. »

opera-vintage

Les Halles

« Ce que l’on appelle la vie parisienne a changé de quartier à peu près une fois par siècle mais pour ce qui est de la nourriture, les Parisiens n’ont jamais voulu quitter les Halles. Il n’y a pas lieu de s’attendrir sur une telle obstination : il a fallu beaucoup détruire devant les débordements de ce garde-manger pléthorique, et les ravages ne sont pas finis. » L’auteur conseille au visiteur de se rendre aux Halles de bon matin, pour humer les parfums des étals qui se remplissent. « La foule a perdu ses beaux oripeaux, ses couleurs, ses signes distinctifs, elle est devenue grise avec le temps, sauf toujours, la petite bonne soeur qui trottine sous le même habit depuis le Xè siècle, en quête d’épinards au rabais. »

carte-marais-vintage

Le Palais Royal

« Colette habite une maison dont l’entrée est rue de Beaujolais, et n’a qu’à pencher la tête pour apercevoir Cocteau à la fenêtre de son entresol. Paul Reboux, Mireille, Jean Marais et son chien sont ses voisins. Le Palais Royal est une petite province des lettres. »

palais-royal-vintage

Saint-Germain des Prés

« La jeunesse de Saint-Germain des Prés mérite qu’on entreprenne un long voyage pour l’admirer. Elle a du style et elle est de la vraie jeunesse. Généralement, les garçons et les filles sont beaux. »

Pour finir… balade en images dans le Paris des fifties

balcon-paris-vintage carte-vintage-paris champs-elysees-vintage couple-annees50-paris danseuses-lido danseuse-vintage-paris la-Seine-vintage louvre-vintage marais-vintage-paris montparnasse-annes20 napoleon-paris parisienne-vintage peintre-vintage-paris pont-neuf-vintage rose-bertin-paris saint-germain-vintage

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

3 commentaires

  • Je suis totalement fan de ce type de livres ! Merci pour le partage.

  • Voilà une bien jolie trouvaille! Merci pour le partage! 🙂

  • Joli livre, j’aime beaucoup les illustrations. Quand j’en trouve, j’en achète aussi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *