Sorties, Théâtre et spectacles

Mistinguett, la comédie musicale au Comédia

Mistinguett, c’est la reine des années folles, une icône parisienne qui a l’air d’inspirer les auteurs de théâtre puisque plusieurs spectacles récents l’ont prise pour héroïne.

La comédie musicale Mistinguett se joue depuis un bon moment à Paris, et depuis la rentrée dans une nouvelle version au Comedia. Je me souviens qu’à son lancement les critiques étaient loin d’être dithyrambiques. Depuis, force est de constater que le spectacle a trouvé son public et cartonne. J’étais donc très curieuse de le voir.

mistinguett spectacle

Nous voici donc en 1918, avec une Mistinguett toujours belle et gouailleuse, mais un peu lassée par la scène et ses déboires avec Maurice Chevalier. Léon Volterra, jeune homme naïf et plein d’entrain, vient de reprendre le Casino de Paris et entreprend de créer la plus flamboyante des revues. Pour cela il convainc “Miss” de rempiler au côté d’une vedette américaine Harry Pilcer, et fait appel au metteur en scène le plus talentueux du moment. Problème : ce jeune repreneur s’est associé à un producteur véreux qui entend faire annuler le spectacle et construire un parking à la place du Casino de Paris…

Alors, ça donne quoi ? Globalement, c’est un très beau spectacle, avec quelques petits bémols tout de même. L’intrigue, sans être follement originale, est bien construite et nous tient efficacement. Du côté des chansons, c’est assez inégal : il y a d’excellents passages, et d’autres qui penchent un peu trop vers la comédie musicale caricaturale à la française. Les meilleurs passages restent les reprises des véritables chansons de Mistinguett.

La troupe de comédiens est convaincante et parvient à transmettre un authentique plaisir, celui qu’ils prennent à jouer ensemble. Autour de la reine Mistinguett (interprétée par Carmen Maria Vega), une belle galerie de personnages plutôt fouillés. Mon coup de cœur va au méchant : beau, drôle, avec un joli grain de voix.

Les décors et costumes sont recherchés et réservent quelques surprises. On est plongés dans l’atmosphère des années folles. Côté musique, il faut dire que quand on a goûté aux productions du Chatelet ou de Mogador, on est toujours un peu déçus de ne pas voir un vrai orchestre en fosse. Ici il y a bien quelques musiciens mais l’essentiel de la musique est enregistré.

Et puis surtout, il y a le final : trois tableaux époustouflants qui valent à eux seuls le déplacement. On y retrouve le plus pur esprit du cabaret parisien, celui qui continue d’inspirer les revues du Lido ou du Moulin Rouge. Orgie de plumes et de paillettes, chorégraphies spectaculaires, “ça c’est Paris” comme le dit la chanson phare du musical (encore une authentique chanson de Mistinguett).

final-mistinguett

Bilan ? Si ce n’est pas la meilleure comédie musicale que j’ai pu voir, j’ai passé un très bon moment et ne me suis pas ennuyée du tout. J’ai adoré le thème des années folles, et le gros plan sur cette idole qui continue de fasciner les contemporains. Je vous conseille donc d’y aller si le sujet vous tente, ça se termine bientôt. Avec billet réduc, j’ai eu des places à 10 euros… Ça devient franchement intéressant.

Mistinguett, reine des années folles, la Comédie Musicale
Au Comédia jusqu’au 3 janvier 2016

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

3 Comments

  1. 10 € ? C’est rentable ! J’avais pris des places au tout début début du show, nous avions bien aimé 🙂

  2. J’avais vu la première version, et je me souviens que si tout n’était pas parfait en effet, j’avais apprécié que ce soit assez “théâtral” pour une comédie musicale. Je n’en ai pas gardé un souvenir impérissable, mais un bon souvenir quand même 😉

  3. […] et qui semble se tourner vers de grands spectacles musicaux : la saison dernière, c’est Mistinguett qui a fait un carton, et cet automne on attend de voir Un été […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *