Balades à Paris, Bonnes adresses

Paris City-guide : bonnes adresses à Châtelet les Halles

Pour ce city-guide, je vous emmène au coeur de Paris, dans un quartier qui n’a rien de glamour mais qui est familier à tous les Parisiens. Personne ne vous dira qu’il aime aller à Châtelet les Halles, et pourtant, tout le monde y passe. Faire un changement de métro, une course rapide, ou aller au ciné… Les Halles, c’est souvent l’option la plus pratique. Et derrière les travaux interminables, les rues un peu crados, la foule compressée des grands jours, le quartier réserve quelques pépites à connaître.

les halles f-62

Avec mon sens de l’orientation pourri, je connais quand même par coeur le dédale des couloirs du métro, l’emplacement des boutiques du Forum, la sortie Rambuteau et le chemin vers Beaubourg, que j’ai emprunté des centaines de fois pour aller réviser à la BPI (la bibliothèque) pendant mon année de khâgne.

Aujourd’hui, je me rends encore souvent aux Halles, parce que la programmation UGC est la plus fournie de Paris (je crois que c’est même le plus grand complexe ciné d’Europe), parce qu’il y a un Hema, parce qu’on peut attraper toutes les lignes de métro… parce que j’y ai mes repères, tout simplement. Et puis, il y a un petit côté mystique : comment imaginer qu’il y a 50 ans se trouvait ici le ventre de Paris, le plus grand marché de la ville ? C’est sûr, des fantômes gourmands rodent…

Voici ma liste des choses à faire à Châtelet Les Halles, sur un petit air de Thomas Dutronc sur le thème de l’amour/haine pour Paris qui va très bien à ce quartier. Comme d’habitude pour cette rubrique, toutes les photos sont signées Agathe.

Dénicher de vieux livres chez Boulinier

La Fontaine des Innocents se trouve au beau milieu d’une place à l’atmosphère étrange. Parfois plutôt paisible, parfois bien agitée avec des manifestations en tous genres, et souvent noire de monde. Il y a un grand Naf Naf plutôt sympa, et de l’autre côté, proche des arcades, un bouquiniste Boulinier avec de grands étalages qui donnent sur l’extérieur. On y trouve des milliers de choses, de vieux bouquins des années 80 ou des pans entiers de livres de la Bibliothèque rose ou verte. Parfait pour replonger en enfance.

Boulinier Châtelet les Halles, Place Joachim du Bellay, 75001 Paris, France

les halles f-53les halles f-54 les halles f-58 les halles f-55 les halles f-57

Passer voir l’église Saint-Eustache

Elle est visible de loin, elle domine le quartier des Halles : l’église Saint-Eustache (qui a la taille d’une cathédrale) mérite le coup d’oeil. Ici on été baptisés Richelieu, Molière, et d’autres illustres personnages. À l’intérieur se trouve le plus grand orgue de France.

Je n’y suis jamais entrée, mais j’ai plus d’une fois contourné cette grande dame en passant par le vaste parvis qui accueille une curiosité locale : une drôle de statue baptisée « Ecoute ». Depuis son installation il y a 30 ans, tout a bougé autour d’elle. La place a été entièrement refaite, mais elle est toujours là… avec l’église Saint-Eustache !

les halles f-40 les halles f-47 les halles f-43 les halles f-42 les halles f-38

Admirer les décors du Pharamond

On le sait peu, mais il y a de super restos pour dîner dans le coin des Halles. Le truc, c’est qu’ils sont bien cachés. Il faut se rendre sur une petite placette encadrée par la rue Mondétour et la rue de la Grande Truanderie (rien que le nom vous plonge dans l’ambiance…). Là, surprise, on est au calme à deux pas des Halles, et il y a de belles choses à se mettre sous la dent… d’abord, dans la catégorie bistronomie, le resto Pirouette que j’aime passionnément.

Dans le registre adresse historique, une petite pépite plutôt méconnue : le Pharamond, ici depuis 150 ans. Royaume de la cuisine Normande à Paris, le lieu a même représenté cette région pendant l’Exposition Universelle de 1900. En héritage, des décors Belles Epoque remarquablement conservés, une façade avec colombages en trompe l’oeil, et d’autres clins d’oeil à la Normandie. Que l’on s’installe dans l’une des grandes salles ou dans un petit salon (privatisable), on est transportés dans le temps. Dans l’assiette, de bonnes spécialités normandes réconfortantes, avec de chouettes formules à petits prix le midi (billet complet sur le lieu ici).

Le Pharamond, 24 Rue de la Grande Truanderie, Paris 1er

les halles f-61les halles f-30les halles f-1 les halles f-2 les halles f-4 les halles f-5 copy les halles f-11 les halles f-9 les halles f-8 les halles f-12 les halles f-21 les halles f-13 les halles f-18 copy les halles f-24 les halles f-29 les halles f-25 copy

Manger un burger fat fat fat chez Roomies

Lorsque la grande vague de la tendance burgers a déferlé sur Paris, elle n’a pas épargné le quartier des Halles. Tant mieux, parce que c’est quand même bien pratique en cas de grosse faim à combler rapidement.

L’adresse à noter, c’est Roomies, un concept de burger customisable. On choisit une recette de base qu’on peut enrichir avec autant d’ingrédients « bonus » que l’on souhaite. Les ingrédients sont frais et savoureux. Le résultat ? Un burger fatissime, des bouchées géantes et juteuses à souhait, un gros gros kif qui vaut le déplacement. En plus, l’accueil est hyper sympa.

Roomies, 14 rue du Cygne, Paris 1er

les halles f-68 les halles f-67 les halles f-66 les halles f-64 copy les halles f-63

Attendre la fin des travaux

Depuis quelques années, les Halles sont en travaux. On ne sait plus quand ça a commencé, et encore moins quand ça va finir. Du coup, ces éternels échafaudages s’impriment durablement dans l’image du quartier. Ils ont même été immortalisés dans l’Ecume des jours, de Gondry, qui a révélé le potentiel poétique des grues colorées…

Les Parisiens ont vu la Canopée sortir de terre et prendre forme, lentement, au milieu des vieux immeubles. Les riverains, eux, n’ont pas du rire tous les jours. Il paraît que ça se termine en 2016… on attend de voir !

les halles f-37 les halles f-36 les halles f-34b

Et aussi…

– Acheter des bricoles chez Hema rue Rambuteau
– Jeter un coup d’oeil Au Pied de Cochon ou Au Chien qui fume, deux vénérables bistrots parisiens
– Faire du shopping dans la boutique de destockage d’Ekyog, rue Montmartre
– Acheter des choux chez Odette
– Un peu plus haut, vers Etienne Marcel, prendre un verre à la Penderie
– Faire du shopping dans la friperie Episodes

les halles f-48

Et hop, la carte avec toutes les adresses.

Pour finir, le point « je me prends pour une blogueuse mode » : je porte une chemise lavallière Camille de Dampierre, ma veste en cuir Bash (très très vieille), une jupe Uniqlo (aussi très vieille), une paire de derbies André, des collants Calzedonia.
grand-6 f

Voir les autres city-guide :

Bonnes adresses du Haut-Marais
Bonnes adresses à Haussmann Saint-Lazare
Bonnes adresses à Montorgueil

Bonnes adresses autour du Louvre
Bonnes adresses à Opéra
Bonnes adresses autour de la place des Vosges

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

3 commentaires

  • Je n’aurais jamais pensé qu’un article sur Chatelet les Halles puisse proposer autant de pépites..
    Moi qui ai pris en grippe cette station depuis un bail, je pense que je vais retourner y faire un petit tour d’ici peu..
    Merci pour ces bonnes adresses !

  • Les photos sont top!!! On a tendance a oublier les belles choses du quartier à force d’y passer presque tous les jours pour aller à la fac / boulot, mais tes bons plans sont très sympa 😉

  • J’y ai habité trois ans et… j’aimais ce quartier. J’aimais être proche de tout, n’avoir jamais d’horribles et longues correspondances à effectuer quelque soit l’endroit où je devais aller. J’aimais savoir qu’Henri IV s’était trouvé face à Ravaillac juste sous ma fenêtre, rue de la Ferronnerie, ça me faisait quelque chose de vivre dans un endroit où un grand événement historique s’était produit. J’aimais rejoindre le Pont Neuf et continuer jusqu’à Saint-Michel en enjambant deux fois la Seine. J’allais lire dans le square du Vert Galant, en essayant de chiper la meilleure place avant tout le monde, tout à la pointe. En vivant dans ce quartier, j’ai redécouvert que je pouvais marcher, que ce soit pour aller à l’Hôtel de Ville, à Saint-Paul, au Jardin des Tuileries… Je n’ai jamais autant marché qu’en vivant là, et je crois que c’est cela dont je suis le plus redevable à ce quartier.

2 Trackbacks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *