Sorties, Théâtre et spectacles

Traces par les 7 doigts de la main à Bobino

Les 7 doigts de la main est l’une des meilleures troupes de cirque au monde. La première fois que j’ai vu un de leurs spectacles, c’était La Vie en 2011 au Cabaret Sauvage. La seconde fois, c’était pour Cuisine & Confessions à la Villette en 2014. Et maintenant, c’est Traces qui est se joue à Bobino. Si j’avais été charmée par mes deux premières fois, ce dernier opus m’a fait l’effet d’un coup de foudre. Peut-être l’un des meilleurs spectacles de ma vie.

Il faut d’abord vous dire, si vous ne l’avez pas expérimenté, à quoi ressemble un spectacle de cette compagnie. À chaque fois, il y a une histoire racontée par une troupe d’artistes évoluant dans des tableaux en groupe, en duo ou en solo. On retrouve des spécialités classiques du cirque (mâts, anneaux, diabolo…), de la danse, du chant. Comme pour toute bonne histoire, on est happé par le récit et on explore une large palette de sentiments.

Dix ans de Traces

Créé il y a dix ans, Traces a été auréolé de nombreuses récompenses. Quelques chiffres : plus de 1800 fois représentations, dans 200 villes, 25 pays, 1 million de spectateurs. Voici le pitch : « TRACES nous transporte dans un abri de fortune, fait de toile et de ruban adhésif. Face à ce désastre imminent, ces artistes voient la création comme seul antidote à la destruction. Leurs corps sont ainsi projetés sur scène, vecteurs de leurs impulsions créatives et de leurs désirs, exprimés à travers la musique, le chant, le dessin, et bien sûr, les acrobaties de haute voltige. Chaque moyen d’expression leur donne une chance de laisser une dernière marque… de laisser leurs traces, le mieux possible. »

Main-a-main_Photo-Alexandre-Galliez-lpr

Un moment hors du temps

Sur scène, 7 artistes (six hommes et une femme) débarquent en trombe dans une danse survoltée qui ressemblerait presque à un final. Avec un tel début, on a peur que le rythme ralentisse… mais non. Le ton est donné : chaque numéro est interprété avec une intensité folle, comme si c’était la dernière fois. Les chorégraphies sont magnifiques, avec un goût prononcé pour le mélange des genres. Il y a par exemple une scène de danse façon comédie musicale des années 50 réinterprétée avec des skateboards, ou une autre mêlant un numéro de cerceau à de la danse et musique celtique (d’ailleurs toute la bande-son est géniale, je ne l’ai pas trouvée donc je l’ai créée sur Deezer). D’autres passages sont plus épurés, comme ce duo amoureux d’une grande poésie au début du spectacle. Plus d’une fois, j’ai eu l’impression de les voir voler, flotter, défier les lois de la gravité, avec une grâce et une aisance quasi mystiques.

Au-delà des prouesses physiques (qui sont ha-llu-ci-nantes), chaque personnage laisse bien la « trace » d’une personnalité unique, forte, captivante. On tombe amoureux(se) de chacun d’entre eux. Les traces sont celles, indélébiles, qu’ils laissent dans notre mémoire et dans notre coeur. J’ai vécu un moment d’émotion grandiose, de ceux dont on savoure chaque seconde en craignant que la fin ne vienne trop vite. Vous l’avez compris, je vous conseille, ou plutôt je vous ordonne de prendre vos places. Vous ne le regretterez pas, et c’est une promesse.

Traces à Bobino
Du 3 février au 23 avril 2016

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

5 commentaires

  • Je vais les voir la semaine prochaine, j’ai hâte !!

    • génial, tu vas voir c’est magique

  • J’y vais le 18 février, et je suis toute excitée ^^

    • trop bien !!!

  • Hello ! J’y suis allée vendredi et mon Dieu… j’en suis encore toute chamboulée ! C’est beau, magique, magnifique. Un vrai coup de cœur. J’en veux encore !

1 Trackback

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *