Un dîner à l’Assiette Champenoise, 3 étoiles Michelin

Asiette-champenoise-20

Retour en Champagne, pour vous raconter une des plus belles expériences de ma vie – rien que ça. Un dîner à l’Assiette Champenoise, le restaurant étoilé du chef Arnaud Lallement. Nous avons profité d’une offre exceptionnelle proposée par le lieu : l’Assiette des Jeunes (réservée aux moins de 35 ans) à 150 euros par personne. Le menu comprend une dégustation en huit étapes ainsi que les accords mets-vins, de l’apéritif à l’infusion qui suit le dessert. En d’autres termes, vous n’avez pas à débourser un euro de plus que le menu, tout est compris.

D’habitude, quand je vous parle d’un resto, je prends le temps de vous détailler chaque plat dans un srucupuleux récit chronologique du repas. Mais pas là. Je préfère partager quelques émotions un peu en vrac. Et pardon d’avance pour la piètre qualité des photos, nous n’avons pas osé sortir le réflex.

Asiette-champenoise-2

Comme des princes

Bien sûr, dans un lieu comme celui-ci, on s’attend à être bien accueillis. Mais le service est bien plus qu’irréprochable, il est exceptionnel, et ça ne veut pas dire que l’équipe est sur votre dos pendant tout le dîner. Non. Chacun prend sa place dans un ballet de finesse et d’élégance, on se sent comme des princes tout en étant à l’aise. Ce soir-là nous étions avec baby Marius (je vous rassure, il a été très sage), et à aucun moment nous n’avons senti qu’il était en trop.

Le repas était somptueux, les saveurs bluffantes, le voyage culinaire a bien eu lieu. Voici donc, comme promis, les jolis souvenirs de ce repas magique.

  • Au moment de déguster la potée champenoise, un peu intimidée par la belle présentation, je demande à Louis « à ton avis, ça se mange comment ? » et j’entends une voix me répondre « tout d’un coup ! ». C’est le chef Arnaud Lallement qui vient nous saluer, avec simplicité et gentillesse. Il repassera une deuxième fois pendant le repas, on a beaucoup apprécié.
  • La première bouchée d’un plat m’a marquée. Il s’agit de ravioles au Fontina (fromage italien) et émulsion au jaune d’œuf. La traduction absolument parfaite d’une certaine idée du réconfort. Une sensation de douceur et de bonheur qui m’a laissée sans voix.
  • Les sauces. Je n’ai jamais dégusté d’aussi bonnes sauces. Le genre de sauce qui te fait saucer ton assiette avec du pain sans scrupule, alors que tu es dans un 3 étoiles. À chaque fois, elles sont servies dans de petites cassolettes en quantité généreuse, ce qui fait qu’on peut arroser son plat à outrance (d’habitude quand j’adore une sauce dans un plat, je l' »économise » par peur d’en manquer).
  • La traditionnelle description des fromages qui prend des airs de conte de Noël. Les couleurs, les parfums, les formes qui se complètent sur le lourd plateau. Une féérie à l’état pur, et l’impossibilité de choisir. Alors on dit : « Allez-y, je vous laisse me faire une petite sélection ! ». Et alors qu’on se croyait au summum du plaisir, un autre serveur arrive avec des gourmandises à choisir pour accompagner le fromage : fruits secs, graines… Laissez-moi là pour toujours.
  • La beauté immaculée de la mandarine en trompe-l’oeil qu’on nous sert en dessert. La perfection de la coque en chocolat m’a littéralement hypnotisée, j’ai eu du mal à y planter ma petite cuillère. À l’intérieur, c’est une explosion de saveurs portée par la puissance de la sensation acidulée, et la densité de l’ensemble.
  • Les petites gourmandises qu’on nous sert en complément du sublime dessert, dans des plats et coffrets en argent aux reflets brillants. Un dernier tableau magistral et tout en générosité (quelle frustration de ne pas pouvoir tout finir !).

Asiette-champenoise-5 Asiette-champenoise-9 Asiette-champenoise-12 Asiette-champenoise-21 Asiette-champenoise-22 Asiette-champenoise-19

Je ne m’aventurerai pas sur le terrain des accords mets-vins, je suis très mauvaise à ce jeu-là. Je peux juste vous dire que chaque association était excellente, et aussi que j’étais quand même bien titubante à la fin du repas (on est rentrés en taxi, hein).

Plus de deux mois après ce moment, j’y repense de temps en temps avec délice. Quel joli geste d’avoir mis en place cette offre, sans cela nous n’aurions pas pu nous offrir cette expérience. Malheureusement ça ne fonctionne que de mi-novembre à fin janvier, il faut donc attendre l’année prochaine pour profiter de ce cadeau. Oui, je le dis haut et fort, un moment si magique à ce prix, c’est un cadeau. C’est décidé, on y retourne l’année prochaine.

L’Assiette Champenoise, 40 Avenue Paul Vaillant-Couturier, 51430 Tinqueux, France

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *