Bonnes adresses, Restaurants, food

Un dîner au restaurant Automne

Il y a quelques jours, nous avons eu la chance de pouvoir passer un week-end à deux (Marius était chez sa grand-mère). J’avais une liste longue comme le bras de choses à faire pour en profiter un maximum, et bien sûr on n’en a pas fait le tiers. Heureusement, j’avais prévu le programme du samedi soir bien en avance en réservant une table chez Automne, le resto fraîchement étoilé du 11ème.

J’ai choisi ce restaurant sans rien connaître de son histoire ou de ses spécialités, j’ai été appâtée par cette première étoile et l’envie de me laisser surprendre. Nous sommes donc arrivés en étant prêts à nous laisser transporter par la cuisine du chef Nobuyuki Akishigue, sans savoir à quoi nous attendre.

table resto automne

Un mot d’abord sur le lieu : un espace assez petit, des tables proches, on reconnaît les traces d’un ancien bistrot resté dans son jus et revisité dans les codes bistronomiques. Même si l’endroit est charmant et chaleureux, on est loin des codes traditionnels des gastronomiques. Et ce n’est pas gênant, on est d’autant plus à l’aise.

Nous avons opté pour le menu découverte en 5 services (55 euros). La proposition est intéressante, puisque nous avons constaté après coup que nous avions ainsi pu goûter plusieurs plats signature qui figurent à la carte du restaurant. Evidemment les quantités sont moins importantes pour chaque plat (on a pu le constater car nos voisins avaient commandé à la carte), mais c’est bien normal.

Merveilleux bouillon

Pour commencer, on nous a servi un bouillon de volaille à la tomme de brebis, champignons et amandes grillées. Le genre de plat dont tu te souviens longtemps : l’alchimie parfaite qui laisse sa place à chaque ingrédient. La saveur presque acidulée de la tomme, le parfum délicat du champignon soutenu par l’amande, la longueur en bouche de chaque bouchée… un petit feu d’artifice.

velouté resto automne

Viennent ensuite des noix de Saint-Jacques, coulis de cresson, citron caviar et crumble au parmesan. Plus classique, mais tout aussi efficace : c’est surtout la saveur extrêmement délicate du citron caviar que je retiens, tout en douceur.

noix de saint jacques resto automne

Pour l’étape du poisson, nous avons pu goûter le lieu jaune, crème légère de choucroute (servie dans une endive) et lard de colonnata. Cuisson évidemment impeccable, une crème originale qui relève bien l’ensemble, mais j’avoue que j’aurais apprécié une petite sauce pour lier le tout que j’ai trouvé un chouïa sec.

lieu jaune resto automne

Romantisme & cassoulet

Et puis, vient le moment de la viande. Et c’est là qu’on a un peu déchanté. Nous avions vu passer chez nos voisins ayant pris la même formule que nous un plat de pintade tout à fait alléchant. On pensait donc avoir la même chose, même si le serveur nous avait prévenir que le menu pouvait changer selon les tables. Malheureusement pour nous il est arrivé avec… un cassoulet de sanglier. On ne l’avait pas vu venir ! Je suis ouverte à plein de choses (surtout dans le cadre d’un menu dégustation surprise) mais un cassoulet… c’est vraiment particulier. Pour ce samedi en amoureux, le premier depuis longtemps, je n’avais pas spécialement envie de me faire un plan flageolets. Et la viande de sanglier c’est très fort ! Ce plat était bon mais on a beau être très créatif, c’est difficile de revisiter un cassoulet… ça reste un cassoulet. J’ai appris après ce dîner que le chef était passionné de gibier, et que ce plat est important pour lui. J’ai donc mieux compris pourquoi il a fait partie du menu, mais j’avoue que j’aurais préféré quelque chose de plus consensuel. C’est le jeu !

Fort heureusement après cette petite déception, nous avons eu droit à un dessert mémorable qui m’a redonné le sourire. Il s’agissait du palet de chocolat noir à la framboise, fruits rouges et glace au lait. Il s’agissait d’une garniture mixée de chocolat et framboise, à l’équilibre parfait, la framboise apportant une touche acidulée à un chocolat intense mais sans aucune amertume. Chaque bouchée était fantastique.

Bilan ? Je retiens un début (le velouté) et un final fantastique, un bon entre deux que j’aurais encore plus apprécié si je m’étais psychologiquement préparée au cassoulet. Je vous conseille donc de découvrir cette adresse, elle vaut le coup, je pense notamment à une formule midi à moins de 30 euros dont il faut profiter avant que les prix n’augmentent avec l’étoile toute neuve.

resto automne

Restaurant Automne, 11 rue Richard Lenoir, Paris 11

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

1 Comment

  1. Très tentant comme adresse. Je connais un autre chef japonais que je ne peux que conseiller, Ryohei Kawasaki. J’ai découvert sa cuisine en Touraine où il était invité avec d’autres chefs pour une fête gastronomique. J’ai encore le goût de son plat, très simple mais bouleversant qui s’appelait Inspiration printanière, qu’on but accompagné d’un Saké Chikurin Karoyaka de la Préfecture de Okayama parfait.

Répondre à Gastor Nomie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *