Actus

Lecture d’hiver : Nina par hasard, de Michèle Lesbre

Voici un petit livre que j’ai lu puis mis de côté il y a déjà quelques mois. C’est l’histoire de Nina, apprentie-coiffeuse à Roubaix, qui décide d’emmener sa mère en bord de mer, grâce à son premier salaire. Mais cette journée à la mer n’arrive jamais, car Nina est sans cesse confrontée aux obstacles qui polluent sa vie : le patron cynique de sa mère, l’indifférence des autres, la lassitude du quotidien.

J’ai repensé à ce livre avec le froid glacial de ces derniers jours. En effet, le récit se déroule en hiver, et l’atmosphère est imprégnée du silence mélancolique si caractéristique de la saison. On suit Nina durant les quatre froides journées qui précèdent l’anniversaire de sa mère : son travail au salon de coiffure, son ex petit-ami à mille lieux de ses préoccupations, sa relation avec sa mère, sa pudeur, et son grand besoin d’affection qu’elle ne parvient jamais à nommer ainsi. Sa vie n’a rien d’un récit animé et vibrant, c’est une histoire sans histoires, un immense vide. Sa vie entière est un point d’interrogation qui ne suscite pas chez elle l’indignation mais une sourde résignation.

Tout ici est silencieux, le désespoir est drapé d’un manteau neigeux qui étouffe les larmes. Nina s’ennuie, Nina est seule, Nina cherche timidement un sens à sa vie mais ne parvient même pas à percer un mystère dans le choix de son prénom : il a été choisi par sa mère “par hasard”.

Effet de neige à Louveciennes, Alfred Sisley

Il y a bien quelques lueurs d’espoir, un ami notamment qui lui fait entrevoir des bribes de bonheur simple. Quelques projets, timides, et puis qui prennent de la consistance au fil du récit. Cette espérance mêlée à la solitude de Nina nourrit une douce mélancolie, qui ressemble beaucoup à l’hiver.Vous allez trouver que j’ai une vision bien sombre de cette saison, mais je la perçois surtout comme une transition, un moment de nostalgie sans lequel le printemps perdrait toute sa saveur. J’ai retrouvé cette vision de l’hiver dans ce livre, particulièrement bien écrit, et empreint d’une  belle sensibilité.

Un livre qu’il faut absolument découvrir pendant l’hiver, au coin d’une cheminée, avec vue sur une belle étendue de neige si possible… on peut rêver, non ?

Paysage de neige, de Renoir

 

Nina par hasard, de Michèle Lesbre
Chez Gallimard, collection Folio

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

1 Comment

  1. Joli article, très mélancolique en effet.

    Je ne vois pas l’hiver comme ça, surtout lorsque le froid est si vif. L’attente c plutot les demis saisons,qui sont les transitions vers l’itensité ( été/hiver). L’hyver, Ca pê une saison tellement mordante et pleine de vie, qui nous rappelle justement que le temps passe vite et qu’il faut en profiter. Il ya plein de joies pdt l’hiver … même si pr le moment, j’aimerais bien être au coin d’un feu 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *