Actus

La Panthère de Cartier : du film au livre

Vous avez probablement vu le spot “l’Odyssée de Cartier” : un vrai petit bijou (c’est le cas de le dire) réalisé par Bruno Aveillan. La panthère, emblème de Cartier, entame un périple sur les traces des plus belles créations du joaillier. Un exercice de storytelling inédit dans l’univers du luxe, au service d’une certaine idée de la beauté.

Le film joue avec les imaginaires des lieux évoqués : le dragon fantastique de l’Asie, l’éléphant géant des Indes, le paradis blanc des lointaines contrées russes… et j’aime la représentation de Paris comme un cocon rassurant, lieu magique où l’on trouve à la fois le repos et l’inspiration. La musique est un vrai travail d’orfèvre, en l’occurrence celui de Pierre Adenot.

Magistral, et osé. Le film dure plus de trois minutes, et ne ressemble en rien à une pub télé. D’ailleurs c’est dans les salles obscures qu’il prend tout son sens : sur grand écran, en guise de bande-annonce, c’est digne d’un vrai court-métrage de cinéma.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=yaBNjTtCxd4&feature=related[/youtube]

 

J’ai eu un vrai coup de coeur pour ce spot, qui m’a donné envie d’en savoir plus sur l’histoire de Cartier. J’ai alors retrouvé un livre acheté il y a déjà quelques mois qui attendait bien sagement sur l’étagère : “La Panthère”, de Stéphanie des Horts. Il s’agit de l’histoire romancée de Jeanne Toussaint, qui fut la maîtresse de Louis Cartier et devint la plus célèbre directrice de la joaillerie de la maison. Partie de rien, elle a su conquérir le Paris du début du siècle à la force de sa volonté et de ses intuitions.

J’ai plongé dans ce roman comme j’avais plongé dans le film : l’auteur raconte formidablement bien le Paris de la Belle Epoque, puis des Années Folles. On est immergés dans le monde des élégantes cocottes qui rivalisaient d’élégance pour garder dans leurs filets les hommes les plus convoités : c’est un perpétuel tourbillon de robes, parures, parfums… Au milieu d’entre elles, Jeanne Toussaint apparaît comme une femme déterminée qui cache une sensibilité peu commune. Ce sont ses émotions qui nourrissent ses plus beaux bijoux. Folle amoureuse des hommes et des belles choses, aspirant sans y croire à un modèle de vie traditionnel, elle ne peut s’empêcher de courir vers ce flamboie quitte à rester une éternelle “horizontale”.

J’ai retrouvé dans cet ouvrage l’imaginaire de la marque qui m’a plu dans le film : on découvre la naissance des plus célèbres créations de Cartier en même temps que les grands épisodes de l’histoire. On apprend par exemple que pendant l’Occupation, toutes les vitrines de Cartier présentèrent un bijou représentant un oiseau en cage en signe de protestation muette. A la libération, le bijou se mua en oiseau libéré aux ailes tricolores.

La bague Trinity fut créée pour Jean Cocteau et son compagnon. La fameuse panthère murit longuement dans l’esprit de Jeanne Toussaint avant de devenir le plus célèbre bijou de la maison. Car la panthère, c’est bien elle, c’est le surnom que lui donnaient ses contemporains.

Attention, ce livre risque de vous donner une folle envie de bijoux. On est happés par les descriptions de joyaux qui jalonnent le texte. Extrait : “(…) je veux que le bijou soit souple et fluide comme les grains d’un rosaire. Je veux les diamants mobiles, suspendus en franges, en glands, en stalactites, oui je vois une cascade de diamants qui se fracasse sur l’étoffe du vêtement ! Je veux habiller les bras des femmes de bracelets antiques se terminant en têtes d’animaux, panthères, chimères ou dragons.”

En refermant ce livre, tout comme la jeune femme vue dans l’Odyssée, j’ai eu l’impression moi aussi d’avoir des poussières de diamants sur les mains.

L’Odyssée de Cartier, l’histoire des bijoux présentés et le making-of (top) sont aussi à découvrir sur le site dédié.

Le livre “La Panthère” de Stéphanie des Horts

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

12 Comments

  1. Comme toi, j’ai adoré le clip !
    cependant, c’est luxueux, presque trop par les époques que nous vivons.
    Effectivement, nous avons envie de diamants, de pierres précieux, et d’une panthère à caresser tout simplement.

    1. Oui c’est luxueux, mais la part de rêve et d’imaginaire est finalement accessible à tous, même à ceux qui -comme moi !- ne portent pas de bijou cartier.

  2. Wouah, je ne savais pas pour le livre qui a l’air très très intéressant! En tout cas, tu m’as donné envie de le lire. Ce mini film est somptueux, bien dans l’esprit de la marque 🙂 Bisous!

    1. Je suis d’accord ! C’est du grand spectacle. Ne manque pas le livre, il est super

  3. Jolie musique et tu m’as donné envie de lire le livre !! Je vais le chercher ce matin tiens ! Merci beaucoup 🙂

    1. Je t’en prie ! Bonne lecture

    2. Paris n’est jamais aussi bien filmé que dans les publicités de parfums et bijoux. Celle-ci est sublime.

  4. stephanie des horts says:

    Chere Fanny

    Mille mercis d’avoir parlé de mon livre, vous êtes un ange, Jeanne Toussaint m’a porté bonheur, merci encore pour elle. je vous embrasse

    1. Quelle jolie surprise de voir que vous êtes tombée sur mon billet…merci pour votre petit mot ! Et bravo pour votre livre

  5. Et bien je suis heureuse d’être passée te lire aujourd’hui, j’en apprend un peu plus sur Cartier et oui tu donnes envie de lire le livre de Stéphanie Des Horts !

    1. chouette ! n’hésite-pas, il vaut la peine d’être lu

  6. […] l’âme de la maison. Dior ne raconte pas son histoire comme l’a fait Cartier avec son film L’Odyssée, mais choisit de raconter une histoire dans un lieu symbolique pour accroître son prestige. […]

Répondre à Océane Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *