Actus

Le rôle de ma vie, de Zach Braff

Zach Braff est un personnage à part dans le paysage ciné / TV américain. A mes yeux en tout cas, c’est l’un des plus attachants. C’est l’inoubliable JD de Scrubs, le type complètement barré qui rêvait sa vie avec une bonne dose d’humour et de poésie. Je pleurais de rire à chaque épisode, et j’ai aussi beaucoup pleuré au clap de fin de la série. Ce qui me fascine chez lui, c’est son potentiel comique indissociable de sa capacité à nous émouvoir dans la même seconde. Il n’a rien des canons de beauté que j’affectionne habituellement sur petit et grand écran (#Teamgrosmuscles), mais pourtant je le trouve sublime, cet homme. Il dégage quelque chose de profondément humain.

role-de-ma-vie-couple

Je n’ai pas vu Garden State, le premier film de Zach Braff en tant que réalisateur, sorti en 2004, mais je n’allais pas manquer son second bébé, Le rôle de ma vie. Les deux films abordent les même thèmes, à dix ans d’intervalle : la famille, l’amour, le deuil, à travers le regard d’un anti-héros. Zach Braff a eu beaucoup de mal à faire financer son film : il s’est donc tourné vers une plateforme de crowdfunding, et ce sont ses fans qui ont mis la main au portefeuille. Le film a reçu de très bonnes critiques, et Zach a promis de refaire un film sans attendre dix ans.

Dans Le rôle de ma vie, Zach Braff est Aidan Bloom, un père de famille fantasque et sensible qui tente de gagner sa vie en tant qu’acteur, pendant que sa femme Sarah (Kate Hudson) nourrit ses deux enfants avec un job sordide où elle subit les assauts d’un collègue obsédé sexuel. Leurs deux enfants sont inscrits dans une école privée juive payée par le père d’Aidan. Mais lorsque ce dernier tombe malade et ne peut plus régler les frais, le fragile équilibre de la famille est mis en péril. Et c’est le moment pour Aidan de s’interroger sur ses choix, sur ce tournant de vie qu’il affronte avec l’amour de sa femme, de son frère, de sa fille et de son fils.

role-de-ma-vie-enfants

Je devrais vous dire que j’attendais peut-être un peu trop de ce film, et que j’ai été un chouïa déçue par les scènes un peu cliché, que le rythme était inégal… mais non. Je pardonne tout à Zach Braff.  Certes, je lui reproche de céder à la facilité avec des jolie scènes d’émotion bercées par de jolies musiques (la BO est excellente, même si ça ne fait pas tout). Mais la facilité, c’est aussi la simplicité assumée de cette histoire qui avance à tous petit pas, sans grands rebondissements, et avec une grande délicatesse. Il se livre tout entier dans ce film touchant par son authenticité, ce film qui ne triche pas et qui nous est livré avec ses moments de grâce et ses imperfections.

A voir donc, parce que Zach Braff le veut bien.

role-de-ma-vue-affiche

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

1 Comment

  1. Je suis fan de lui, comme toi touchée par sa sympathie et son humour, j’ai adoré Garden State. Mais là il a poussé trop loin les bons sentiments, et son film est trop inégal pour être une vraiment bonne suRprise.C’est pas grave, j’irai voir le prochain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *