Sorties

Nous trois ou rien, merveilleux conte d’une humanité (extra)ordinaire

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas parlé ciné ici. Non pas que j’ai arrêté de fréquenter les salles obscures, mais j’ai tellement de billets à partager sur Paris et si peu de temps pour tout faire que j’ai un peu sacrifié cette rubrique.

Cette fois, je n’avais pas envie de me contenter d’un tweet pour partager tout le bien que je pense du premier film de Kheiron, Nous trois ou rien. Le film a fait l’objet d’une promo intense, du coup j’avais vu passer beaucoup d’avis positifs mais ils étaient un peu mêlés à cette omniprésence de bannières pubs sur tous les sites médias. J’avais hâte de me faire mon opinion. Bilan : avec Louis on est sortis de là bouleversés par cette belle histoire qui, selon son réalisateur “n’est pas tirée d’une histoire vraie : c’est une histoire vraie“.

De la grâce

Récapitulons. Le type s’est fait connaître grâce à un second rôle dans Bref, un personnage plutôt drôle mais cantonné à sa célèbre réplique “Baise-la !”. Et aujourd’hui, après le succès notable d’un one-man show que j’ai loupé (misère !!!), il revient avec l’histoire hors du commun de ses parents qui ont quitté l’Iran pour la France dans les années 80. Autant vous dire qu’on est bien loin du registre “Baise-la”, et qu’on se prend une énorme claque en découvrant que derrière le stand-up se cachait un véritable conteur d’histoires.

J’ai été émue par la pudeur, la retenue, la délicatesse dont fait preuve Kheiron pour raconter cette histoire. Il ne s’agit certes pas d’un film politique, mais cette histoire ne se réduit pas à sa portée comique. La violence de la répression, montrée et parfois suggérée, vous prend aux tripes. Le courage de ce couple de cinéma, à l’humanité si belle, touche en plein coeur. La scène de leur mariage est d’une grâce belle à pleurer. Leïla Bekhti trouve ici un très beau rôle, elle est merveilleuse.

NOUS 3 OU RIEN0nous-trois-rien-mariage

Tel un conteur appliqué, Kheiron suit une trame scolaire pour faire quelque chose qui n’a rien de déjà vu. C’est l’authenticité qui prime ici, toute l’application et le coeur qu’il a eu pour raconter cette histoire, à mille lieux de préoccupations cinématographiques, du moins en apparence. C’est comme cela, je crois, qu’on obtient les plus beaux bijoux. Un diamant brut.

 Et vous n’allez pas passer à côté d’un diamant, hein ?

PS : tant qu’on y est, si vous n’avez pas encore vu Mon Roi, il n’est pas trop tard. Faites un doublé. Parce que si on parle d’authenticité, je crois que Maïwenn a toute sa place dans le doux monde du cinéma français.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Encore une minute ?

3 Comments

  1. C’est le deuxième billet que je lis sur ce film depuis ce matin, il a l’air effectivement bouleversant et plein d’émotions, ça donne envie !

  2. Assez d’accord c’est un diamant BRUT. Brut … l’émotion est bien présente, on a les larmes aux yeux mais si l’on veut rester objectif, il y a pas mal de maladresses d’un point de vue réalisation et scénario. Cependant, je suis ravie de l’avoir vu, c’est très beau et très bien écrit, surtout dans la 1ere partie.

  3. Comme tu le sais déjà, j’approuve à 100% ton article 🙂 Cela faisait longtemps que je n’avais pas été touchée par un film au ciné, c’est chose faite, avec un juste dosage d’émotion et d’humour. Pour ceux qui hésitent encore, je le recommande aussi vivement.

Répondre à Céline Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *